DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

En deux ans, 27.6 millions d'euros de primes de départ pour les députés européens


monde

En deux ans, 27.6 millions d'euros de primes de départ pour les députés européens

Le montant des primes de départ des députés européens qui ont perdu leurs sièges ces deux dernières années devrait atteindre 27,6 millions d’euros. C’est plus que l’aide européenne allouée aux victimes du tremblement de terre au Népal.

Les sommes allouées aux politiciens quittant le Parlement européen, appelées “allocations transitoires”, ont coûté 40,8 millions d’euros depuis 2009, un montant qu’Euronews révèle au public.

Les comptes du Parlement européen révèlent que 13.2 millions d’euros ont été payés entre 2009 et 2013 alors que 27.6 millions d’euros doivent l‘être pour la période 2014 – 2015.

L’aide consentie pour venir en aide au Népal, après le tremblement de terre, est passée de 3 millions, fin à avril, pour atteindre finalement 22.6 millions d’euros.

Le salaire des députés européens est de 96 mille euros mensuels. À la fin de son mandat, chaque député reçoit une indemnité de départ égale à un mois de salaire par année de présence.

L’allocation transitoire minimum est de six mois de salaire pour un maximum de deux ans.

Des voix s‘élèvent pour critiquer les députés européens qui réclament des mesures d‘économie tout en s’autorisant de généreuses conditions de travail.

De son côté, l’ancien député européen Andrew Duff, qui a quitté son siège en 2014, explique à Euronews qu’il s’agit d’un système “utile et juste.”

“Une partie de ces allocations est justifiée, compte tenu des coûts auxquels doivent faire face les députés pour fermer leurs bureaux et rentrer dans leur pays” pense, pour sa part, le politologue de “Open Europe” Christopher Howarth.

“Cela dit” poursuit le politologue, “au vu de la pression pour réaliser des économies, en Europe comme dans chaque état membre, le Parlement devrait s’assurer de ne pas trop payer et de ne pas accorder des primes aux échecs. Ces paiements devraient être rattachés aux sommes dépensées plutôt qu‘à un revenu supplémentaire ou à parachute doré.”

Andrew Duff considère de son côté que ramener les allocations de départ aux frais de déménagement serait une “procédure bureaucratique insensée.”

Allocations transitoires des députés européens

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Le ton monte entre Jean-Marie Le Pen et un député européen britannique