DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Royaume-Uni : plus de 1400 suspects identifiés dans un réseau de pédophilie


Royaume-Uni

Royaume-Uni : plus de 1400 suspects identifiés dans un réseau de pédophilie

Le pays est sous le choc.

Selon des témoignages recueillis par Scotland Yard et des informations révélées par The Guardian, 261 personnalités auraient été identifiées par des victimes d’abus sexuels présumés survenus entre les années 70 et 90. Certains enfants étaient transformés en “esclaves sexuels”.

Simon Bailey, le directeur de la police en charge de cette affaire ultra-sensible se veut irréprochable quant à l’enquête, “il appelle les victimes à avoir confiance et à venir signaler les abus. Ils les rassurent sur le fait que la police saura les écouter, les entendre et leur répondre, loin des erreurs commises par le passé”.

Le scandale ne cesse de prendre de l’ampleur dans le sillage de l’affaire Jimmy Savile, du nom d’un ancien présentateur star de la BBC, accusé de pédophilie et mort en 2011.

L‘écho retentissant de cette affaire a poussé les victimes d’abus sexuels à parler comme l’explique Graham Wilmer, lui-même victime et aujourd’hui avocat : “les 1400 suspects dont on parle aujourd’hui, c’est la partie immergée de l’iceberg. Nous travaillons avec des centaines de survivants, avec tous ceux qui peuvent se présenter à l’avenir fin de les aider à se faire connaître”.

D’après The Guardian, les personnalités appartiennent au monde politique notamment des parlementaires, et même un ancien ministre. D’autres sont du monde du spectacle, du milieu sportif et de l’audiovisuel britannique. Un catalogue insoutenable pour des faits commis la plupart du temps dans des écoles, des maisons pour enfants, des établissements religieux ou des lieux pour mineurs.

Site de The Guardian (en anglais)

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Le président du Burundi assure que la "sécurité règne"