DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Festival Rostropovitch : violoncellistes et saxophonistes à l'honneur à Bakou

Le Festival Rostropovitch s'est tenu à Bakou, en présence du virtuose du violoncelle Arseniy Chubachin et du saxophoniste Igor Butman.

Vous lisez:

Festival Rostropovitch : violoncellistes et saxophonistes à l'honneur à Bakou

Taille du texte Aa Aa

Chaque année, le Festival Rostropovitch à Bakou en Azerbaïdjan met à l’honneur violoncellistes et chefs d’orchestres. Lors de cette édition, le jeune virtuose Arseniy Chubachin a montré au public qu’il suivait les traces du maître.

Point of view

Quand on voit des jeunes dans le public ça fait vraiment plaisir

Arseniy Chubachin; violoncelliste :
Pour ce concert, j’ai voulu essayer quelque chose de nouveau. C’est un peu une avant-première mondiale, une version moderne d’un morceau jamais entendu auparavant sur un violoncelle. Et bien sûr, j’ai fortement été inspiré par Mstislav Rostropovich.”

Arseniy Chubachin et son orchestre de chambre se sont jusqu‘à présent produits en France, en Allemagne, en République Tchèque, en Géorgie, au Japon et en Turquie.

En 1978, Rostropovitch devient apatride. Il est déchu de sa citoyenneté soviétique par Leonid Brejnev pour se soutiens répétés à l‘écrivain et prix Nobel Alexander Soljenitsyne. Le musicien a principalement vécu à Paris, Londres et Lausanne.
Sa fille, Olga, est la directrice artistique du festival. Il était important pour elle de l’organiser dans le pays natal de son père.

Olga Rostropovitch, directrice artistique du Festival et fille de Mstislav Rostropovitch :

“Mon père a toujours adoré cette ville merveilleuse. Il est né à Bakou. Il a toujours été très attaché à la ville, et les gens l’adoraient. Je suis très heureuse de pouvoir, faire découvrir aux citoyens d’excellents musiciens, qui pour la plupart n’ont jamais mis les pieds ici.”

Le saxophoniste russe Igor Butman n’est pas vraiment un étranger à Bakou. Les prix des billets pour le festival sont très abordables, autour de 10 euros, ce qui fait que des gens de tout âge viennent assister aux concerts.

Igor Butman, saxophoniste :

“C’est toujours bien de jouer pour des gens de tout âge et pas seulement pour les personnes âgées. Bien sûr, il ne faut pas que des jeunes, il faut un public hétéroclite. Mais quand on voit des jeunes dans le public ça fait vraiment plaisir. On va jouer un peu de jazz, le Far East Suite de Duke Ellington, des morceaux que l’on associe à Bakou et à l’Azerbaïdjan. Pour nous, c’est un peu la partie orientale de l’Europe.”

Formé en Russie, Igor Butman a immigré vers les Etats-Unis à la fin des années 80. Il acquiert rapidement une certaine notoriété dans le milieu du jazz. Il dirige son propre label, un quartet et il est à la tête de l’orchestre de jazz de Moscou.

Le chef d’orchestre Teymur Goychaev et l’orchestre de chambre d’Azerbaïdjan ont également remporté un certain succès auprès du public.