DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Washington en recherche de nouvelle stratégie au Moyen Orient

Alors que la coalition, menée par les Etats-Unis, continue de frapper le groupe Etat islamique en Irak et en Syrie, la stratégie de l'administration Obama devient de plus en plus impopulaire.

Vous lisez:

Washington en recherche de nouvelle stratégie au Moyen Orient

Taille du texte Aa Aa

Selon de récents sondages, 63 % des Américains pensent que Barack Obama ne fait pas assez pour battre le groupe terroriste Etat islamique. Mais une grande majorité ne veut pas non plus d’une plus grande implication militaire.

Point of view

J'aimerais que les Etats-Unis réaffirment que cette région est importante pour nous, qu'elle relève d'un intérêt national sécuritaire majeur pour les Etats-Unis.

Pour résoudre cet apparent dilemme, le Conseil Atlantique, un important Think tank basé à Washington, a lancé une initiative bi-partisane sous la houlette de Madeleine Albright (chef de la diplomatie sous Bill Clinton II) et de Stephen Hadley (conseiller à la sécurité nationale de George W. Bush II).

J’aimerais que les Etats-Unis réaffirment que cette région est importante pour nous, qu’elle relève d’un intérêt national sécuritaire majeur pour les Etats-Unis et que nous avons besoin d‘être engagés, engagés dans la bonne direction, en écoutant les voix qui s‘élèvent dans la région et en soutenant leurs aspirations à venir“ a déclaré Stephen Hadley au micro de notre correspondant.

Pour le diplomate expérimenté qu’est Francis Ricciardone, vice-président du Conseil atlantique, “il est certain que le groupe Etat islamique doit être confronté. C’est un mouvement criminel violent. La force doit être employée. Mais l’ensemble de l’approche du gouvernement doit résider dans le fait de travailler avec les intervenants de la région. Nous devons construire là où ils détruisent.”

Et notre reporter à Washington, Stefen Grobe, de conclure :

Washington cherche désespérément une nouvelle stratégie au Moyen-Orient. Mais le problème est que la lutte contre Etat islamique domine l’ordre du jour. Et beaucoup, ici, pensent que ce n’est pas l’administration Obama qui va élaborer cette nouvelle politique, mais le prochain président.”