DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Afghanistan : une femme nommée pour la 1ère fois à la Cour suprême


monde

Afghanistan : une femme nommée pour la 1ère fois à la Cour suprême

Qui est-elle ?

Diplômée en Droit et en Sciences politiques à l’Université de Kaboul en 1986, avocate de formation, Ensieh Rasouli est actuellement à la tête de la Cour d’appel pour mineurs dans la province de Kaboul. Elle oeuvre depuis des années pour défendre la place des femmes dans la société afghane. Elle a notamment été à la tête de l’Association des femmes juges dans son pays. Il y a deux ans, elles avaient organisé une rencontre dont voici quelques photos : http://bit.ly/1IisgRy

Une promesse électorale tenue…

Le président Ashraf Ghani avait promis de nommer une femme à la Cour suprême de l’Afghanistan lors de la campagne présidentielle l’an dernier. Il affirme avoir consulté des experts religieux et que cela ne pose aucun problème juridique ou religieux. De nombreux députés ont salué cette décision notamment les femmes déjà membres du parlement.

Mais cette décision ne plaît pas à tout le monde

Le Conseil islamique des oulémas et des clercs a exprimé sa “consternation” après la décision du président Ashraf Ghani et dénonce une “atteinte aux règles de l’islam”. Certains religieux ont déjà rencontré le chef de l’Etat pour exprimer leur opposition en disant que l’islam ou la charia ne permet pas selon eux à une femme d’occuper le poste de juge.

“Nous avons exprimé notre position dans une lettre au président pour lui demander de revenir sur sa décision, comme il n’y a jamais eu de femme juge dans l’histoire de l’Islam”, a déclaré le porte-parole du conseil, Attaullah Ludin.

Que va faire Ensieh Rasouli dans ces nouvelles fonctions ?

Ensieh Rasouli a promis de lutter contre la corruption au sein de l’administration et de travailler en faveur des droits des femmes. Elle oeuvrera pour nommer plus de femmes dans la magistrature et pour que les violences faites aux femmes soient condamnées en justice.

Le président Ghani veut poursuivre sur cette voie

Ashraf Ghani rappelle que les “femmes ont été privées de leurs droits pendant des années. Nous devons leur donner et nous engageons dans cette voie. Les femmes ont un rôle important à jouer dans notre société et au sein du gouvernement. Elles doivent pouvoir y participer”. C’est dans cet esprit qu’il a nommé dès son arrivée au pouvoir, des femmes comme ministre du Travail, de l’Education, en charge de la lutte contre les stupéfiants ou pour les droits des Femmes. Le président Ghani a également annoncé qu’il allait nommer à l’avenir plus de femmes comme ambassadeurs ou gouverneurs.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Egypte : Double condamnation à l'encontre de l'ex-président Mohamed Morsi