DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Uber : le gouvernement français cède à la pression et la violence des taxis

Mobilisation nationale des taxis contre Uber en France ce jeudi, avec des actions de plus en plus violentes. 2.800 chauffeurs se sont mis en grève et

Vous lisez:

Uber : le gouvernement français cède à la pression et la violence des taxis

Taille du texte Aa Aa

Mobilisation nationale des taxis contre Uber en France ce jeudi, avec des actions de plus en plus violentes. 2.800 chauffeurs se sont mis en grève et ont mis en place des dizaines de blocages et barrages, notamment autour des aéroports et des gares de Paris et d’autres grandes villes françaises.

Après le passage à tabac d’un utilisateur d’Uber cette semaine à Lyon par des chauffeurs de taxi, de plus en plus d’utilisateurs de l’application smartphone UberPop, chauffeurs ou passagers, sont pourchassés et victimes d’agressions.

Plusieurs véhicules ont aussi été brûlés ou vandalisés ce jeudi. Si quelques interpellations ont bien eu lieu, le gouvernement français a vite cédé à la pression des taxis et demandé aux préfets de police d’accentuer la répression des chauffeurs Uber.

Le ministère de l’Intérieur annonce même qu’il va saisir la justice contre l’application UberPop.

La loi Thévenoud de 2014 interdit déjà le travail de conducteurs non enregistrés comme chauffeurs de taxi.