DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le nouveau Centre culturel d'Athènes, un "bol d'air" dans l'étouffoir grec

Vous lisez:

Le nouveau Centre culturel d'Athènes, un "bol d'air" dans l'étouffoir grec

Taille du texte Aa Aa

En dépit de la crise, un nouveau complexe culturel étonnant est en train de voir le jour en Grèce, à Athènes. Conçu par l’architecte italien Renzo

En dépit de la crise, un nouveau complexe culturel étonnant est en train de voir le jour en Grèce, à Athènes. Conçu par l’architecte italien Renzo Piano, le Centre culturel de la fondation Stavros Niarchos abritera, dans son parc, la Bibliothèque nationale de Grèce ainsi que l’Opéra national.

Le lieu, qui aura coûté 566 millions d’euros, sera confié à l’Etat grec par la Fondation Stavros Niarchos en 2016.

Renzo Piano a exposé à Euronews les idées qui ont inspiré cet ambitieux projet. “Nous avons construit le bâtiment sous le parc, explique-t-il. Il y a deux points à noter : nous pouvons monter pour profiter de la vue sur la mer et d’autre part, le bâtiment est bien protégé du rayonnement solaire, ce qui permet d‘économiser de l‘énergie. L’autre point, c’est qu’il y a un toit amovible, un élément volant qui crée de l’ombre et stocke aussi l‘énergie.”

Le premier site du complexe, le Parc Stavros Niarchos, a ouvert ses portes au public cette semaine avec quatre jours et quatre nuits d‘événements.

Le lieu ouvrira définitivement en avril 2016 pour permettre d’en terminer la construction.

“Je pense que ce site sera la part rêvée de notre vie dans la période sombre que nous traversons. Nous célébrerons son ouverture comme il se doit” témoigne Dimitra Galani, une chanteuse.

“Je suis très très impressionnée, reconnaît pour sa part une touriste britannique. C’est un vrai bol d’air pour Athènes. Comme beaucoup de gens vivent en appartement, ils ont besoin d’un espace vert. C’est vraiment incroyable.”

Parmi les événements célébrant l’ouverture du site, il y a l’exposition du photographe Vassilis Makris. On y aperçoit les principaux danseurs de l’Opéra national grec comme Maria Kousouni ou Vangelis Bikos.

“Cette exposition concerne l‘âme, au-delà du corps, affirme Maria Kousouni, une danseuse de l’Opéra national grec. Le corps, c’est le Centre culturel Stavros Niarchos. Ca commence progressivement à prendre vie.”

“Je suis très excitée, s’exclame une metteur en scène. Je suis venue pour une petite promenade et c’est une vraie respiration. Vous êtes en lien avec la nature, la musique…”

Wayne Escoffery et son quartet new-yorkais figuraient parmi les invités d’honneur à la cérémonie d’ouverture. Nous lui avons demandé comment l’art peut aider les populations en temps de crise.

“Tous les plus grands arts se sont fait connaître dans des temps difficiles, rappelle Wayne Escoffery. La musique que je joue, que j’adore, le jazz, son âge d’or, musicalement, c‘était à l‘époque la plus dure pour les Etats-Unis, dans les années 50 et 60, pendant le combat pour les droits civiques.”

Autre point fort de cette ouverture temporaire, une installation vidéo dont le conservateur est Robert Storr, l’un des Américains les plus influents dans le monde de l’art.

“Lucioles dans la nuit” reproduit les meilleurs vidéos d’art produites dans le monde.

Le Parc de Stavros Niarchos a reçu, avec une cinquantaine d‘événements, des milliers d’Athéniens, qui sont venus ici pendant quatre jours et quatre nuits. Nous avons pu assister à une répétition générale de ce qui se passera chaque jour ici, quand le site ouvrira au public dans presqu’un an et demi.