DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les Grecs dans une profonde incertitude

Un responsable du gouvernement grec a annoncé que la Grèce ne remboursera pas l'échéance d'1,6 milliard d'euros  qu'elle doit au FMI ce mardi.

Vous lisez:

Les Grecs dans une profonde incertitude

Taille du texte Aa Aa

Comme la Bourse, les banques étaient fermées ce matin, et les retraits limités à 60 euros par jour. Sauf pour les retraités qui ont pu retirer leur pension dans l’après-midi après une matinée de stress :

Point of view

Le fait est que les créanciers veulent nous étrangler. Ils nous mettent la pression. Reste à savoir combien de temps on résistera.

Ils ne peuvent pas simplement garder notre argent. Aujourd’hui, je dois toucher ma retraite. Comment faire sinon ? Rien n’est gratuit, comment je peux acheter ce dont j’ai besoin ?

Je pense que les gens ont plus peur que ce qu’il devrait. Cette situation va durer quelques jours, mais après tout ira bien. Malgré tout, les gens font la queue dans les stations services et les supermarchés. On est allé au supermarché et les gens faisaient des réserves comme en temps de guerre“ a expliqué une jeune femme.

Ces limitations bancaires resteront en place jusqu’au référendum de dimanche sur la proposition des créanciers à la Grèce qui ne comprendrait aucune coupe dans les salaires ou les retraites.

Mais la panique qui a saisi les Grecs à Athènes est difficilement contrôlable :

Beaucoup de choses dépendent de la capacité des entreprises à payer leurs salariés. Nous espérons un accord. La situation est vraiment difficile.”

Le fait est que les créanciers veulent nous étrangler. Ils nous mettent la pression. Reste à savoir combien de temps on résistera.”

Si le remboursement au FMI n’est pas honoré ce mardi, comme annoncé par un responsable du gouvernement, ce sera la première fois que la Grèce se retrouve dans cette situation depuis le début de son sauvetage financier après la crise de 2008. Le défaut de paiement pourrait se profiler dans les six mois à venir, avec des conséquences à long terme pour le pays et pour l’Union européenne, le FMI, bref tous les créanciers de la Grèce.

C’est dans une profonde incertitude que les Grecs doivent décider de l’avenir de leur pays. Jusqu‘à présent, il n’y a pas de tension. Le gouvernement a insisté sur le fait qu’il y a assez de réserves de carburants. Mais l’inquiétude est telle qu’il y a des files d’attente aux stations-essences“ a conclu notre journaliste à Athènes, Michalis Arampatzoglou.