DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Iran : les sanctions économiques au quotidien

Le Grand Bazar de Téhéran est le cœur économique de la capitale iranienne. On y croise les commerçants les plus influents comme de modestes

Vous lisez:

Iran : les sanctions économiques au quotidien

Taille du texte Aa Aa

Le Grand Bazar de Téhéran est le cœur économique de la capitale iranienne. On y croise les commerçants les plus influents comme de modestes Téhéranais qui font leurs courses. Et tous attendent avec la même impatience qu’une solution soit trouvée sur le dossier du nucléaire et que les sanctions économiques contre l’Iran soient levées.

Ici, les commerçants expliquent que les sanctions ont des conséquences directes sur la vie quotidienne.

“Avec la hausse du dollar, le pouvoir d’achat a diminué” explique un vendeur. “C’est ça les conditions de notre marché. Regardez, tous les commerçants Sont devant leurs échoppes et il n’y a aucun client.”

Les sanctions économiques touchent tous les secteurs d’activité du pays, y compris celui de la pharmacie qui rencontre des difficultés d’approvisionnement.

“Les médicaments importés, pour les des maladies spécifiques, ou même pour le cancer, arrivent en retard et les prix augmentent à chaque fois” se plaint Zohren Nahid, une pharmacienne. “Mais j’espère que les négociations aboutiront et déboucheront sur un progrès, pas seulement pour la médecine, mais pour tous les aspects de la vie quotidienne.”

Mahdi est le propriétaire d’un café de Téhéran. Lui aussi a ressenti les conséquences des sanctions. Les clients se font rare et les prix augmentent, mais à ses yeux, la levée des sanctions de ne réglera pas tout.

“Je ne m’attends pas à ce que le dollar descende sous la barre des 10 000 rials juste après la levée des sanctions” dit il. “Mais je m’attends à ce que le business se sorte du marécage dans lequel il se trouve. L‘épargne doit être investie dans le marché et cela suffirait à revigorer l‘économie.”

L‘économie iranienne fait face à de nombreuses difficultés et toutes ne sont pas liées aux sanctions.

Aux yeux de nombreux Iraniens, les politiques économiques, mises en place durant les deux mandats consécutifs de Mahmoud Ahmadinejad, ont fragilisé l‘économie du pays en renchérissant le coût des importations.

Pour notre correspondant à Téhéran, Javad Montazeri, “la levée des sanction et la croissance économique sont devenues une des principales priorités des Iraniens qui suivent les négociaitions de Vienne en espérant l’annonce de “levée des sanctions.”