DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Éducation itinérante

Lorsque vous n’avez pas de logement permanent ou habitez dans une région reculée, avoir accès à une éducation régulière peut se révéler difficile. Et

Vous lisez:

Éducation itinérante

Taille du texte Aa Aa

Lorsque vous n’avez pas de logement permanent ou habitez dans une région reculée, avoir accès à une éducation régulière peut se révéler difficile. Et si l‘école venait à vous ?
Pleins feux sur l‘éducation itinérante dans ce nouveau numéro de Learning World.

Éthiopie : une bibliothèque à dos de cheval

Nagassa Janfa est un bibliothécaire pas tout à fait comme les autres. En ce dimanche matin, après avoir sellé son cheval et sélectionné un choix d’ouvrages, il se met en route pour retrouver un groupe de jeunes lecteurs avides de nouveautés et de contacts.

L’homme et sa monture font partie d’un programme baptisé “Alphabétisation par le Cheval” géré par Ethiopia Reads. Cette ONG dispose d’un réseau de 70 bibliothèques réparties à travers tout le pays. Fort de son succès, le programme est en cours d’implantation par-delà les frontières éthiopiennes, notamment au Rwanda et au Ghana.

France : école mobile pour les enfants roms

Des jeux, des livres, de la peinture et des crayons : à Longjumeau, à 20 km de Paris, Maria-Laura Oita rassemble le matériel de travail qu’elle va amener avec elle aujourd’hui. Cette jeune femme d’origine roumaine est pédagogue sociale pour l’association Intermèdes-Robinson. Deux fois par semaine, elle anime des ateliers éducatifs dans deux camps Rom des environs. Dans celui de Ballainvilliers, une dizaine de familles roms de Roumanie se sont installées dans un garage désaffecté après avoir été expulsées à plusieurs reprises.

Ces ateliers d‘éducation mobile ont été créés il y a 10 ans environ. Laurent Ott, fondateur de l’association, philosophe social et ancien d’enseignant, observe depuis plusieurs années les problématiques liées à l‘éducation des enfants roms en France :

“Quand la scolarisation intervient, souvent des expulsions viennent l’interrompre. Et les familles elles-mêmes s‘épuisent, se fatiguent, se précarisent, et au bout d’un moment les enfants eux-mêmes se démotivent. Pourtant, ces enfants ont le désir d’apprendre, s‘éduquer, de se socialiser, et si nous répondons directement à ce désir sans ajouter encore des obstacles à tous ceux mis par les institutions, eh bien ces enfants adhèrent (…) et veulent apprendre.”

Kenya : scolariser les jeunes filles nomades

Les Turkana – des pasteurs nomades – vivent dans le nord-ouest du Kenya dans une région aride située entre le lac qui porte le nom de leur ethnie et l’Ouganda.

Depuis 2010, l‘école Lopinding tente par tous les moyens d’augmenter le taux de scolarisation des fillettes et des jeunes filles issues de cette communauté. Objectif : leur offrir une alternative à la vie toute tracée qui les attend : se marier, avoir des enfants, et devenir des ménagères accomplies, mais surtout effacées et dociles.