DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Birmanie face à un défi logistique inédit avant les élections générales de novembre

Alors que la Birmanie se prépare à des élections générales cruciales en novembre, le pays fait face à un défi logistique inédit, des risques

Vous lisez:

La Birmanie face à un défi logistique inédit avant les élections générales de novembre

Taille du texte Aa Aa

Alors que la Birmanie se prépare à des élections générales cruciales en novembre, le pays fait face à un défi logistique inédit, des risques d’erreurs importants dans l‘élaboration en cours des listes électorales, ce qui pourrait priver de nombreux citoyens de leurs droits de vote.

Le pays, dont le système électoral part de zéro, doit numériser plus de trente millions de noms à partir de fichiers hors d‘âge ou erronés d’ici le mois d’août.

Ce scrutin est un test pour la transition démocratique amorcée depuis l’autodissolution du régime militaire, et la mise en place du gouvernement provisoire du réformateur Thien Sein en 2011. Ce sera la première élection nationale à laquelle le parti d’Aung San Suu Kyi, la Ligue nationale pour la démocratie, participera depuis 25 ans. Le parti de l’opposante birmane est donné grand favori, mais son score pourrait être impacté par les problèmes d’erreurs et d’organisation, et la lauréate du prix Nobel de la paix a dit sa préoccupation.

Le 11 Juillet, Aung San Suu Kyi a mis fin à des mois de spéculation en annonçant la participation de son parti aux élections de novembre. Elle ne pourra théoriquement pas briguer la présidence lors de l’assemblée issue du vote, la Constitution héritée de l‘époque de la junte l’empêchant de se présenter, du fait de son mariage avec un étranger par le passé.

Après les élections de 1990, et le refus de l’armée de reconnaître la victoire de son parti, la LND avait boycotté le dernier scrutin de 2010, marqué par des irrégularités généralisées, puis été dissous.

Depuis 2011, et l’arrivée d’un gouvernement civil réformateur, la plupart des sanctions occidentales ont été levées au Myanmar. Et aux législatives partielles de l’année suivante, le parti de Suu Kyi allait remporté une victoire écrasante, lui ouvrant les portes du parlement , et la tête de l’opposition parlementaire.

Le scrutin de novembre sera donc une étape cruciale pour Aung San Suu Kyi et pour le processus démocratique d’un pays qui musèle toujours les dissidents politiques et les médias, et persécute les minorités ethniques.