DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Chine : Tianjin pleure ses morts et redoute une contamination à grande échelle


Chine

Chine : Tianjin pleure ses morts et redoute une contamination à grande échelle

Six jours après la catastrophe de Tianjin en Chine, les habitants continuent de rendre hommage aux victimes. Au moins 114 personnes ont perdu la vie dans l’explosion d’un entrepôt de produits dangereux.

“Nous avons dit à tout le monde de prendre des précautions, explique une résidente du quartier le plus proche du lieu de l’explosion. Par exemple s’ils retournent dans leurs maisons, ils doivent porter des vêtements couvrants, des chaussures à semelle dure et des masques. Il faut respecter ces mesures de sécurité.”

Malgré les opérations de nettoyage en cours, la population craint une contamination à grande échelle. Près de 700 tonnes de cyanure de sodium étaient stockées dans l’entrepôt, sans autorisation. Et l’arrivée de la pluie à Tianjin ne rassure personne : le cyanure de sodium, mis en contact avec de l’eau, et sous certaines conditions, libère un gaz hautement toxique, asphyxiant et mortel.

“ En ce qui concerne les seuils de sécurité, au total, on a fait des analyses de cyanure à 29 endroits différents, affirme un officiel chinois. Huit d’entre eux dépassaient les seuils. Toutes étaient sur le site de l’explosion. Le relevé le plus élevé dépassait de 28 fois le niveau standard”

Inquiets pour leur santé, de nombreux riverains réclament des explications aux autorités, mais aussi des indemnisations. Plusieurs dizaines d’entre eux ont manifesté lundi : évacués en urgence, ils n’ont pas pu retrouver leurs logements, détruits par la déflagration.

Les responsables locaux sont soupçonnés de laxisme : ils avaient accordé un permis de construire à cet entrepôt de produits chimiques à moins d’un kilomètre de zones résidentielles, à l’encontre des normes de sécurité chinoises. Une enquête a été ouverte pour déterminer si des négligences ou des fautes ont été commises. Elle vise notamment le directeur de l’administration chargée de la sécurité du travail, qui pourrait être soupçonné de corruption.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Thaïlande : un suspect est recherché après l'attentat de Bangkok