DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

"Steve Jobs : The Man in the Machine", un portrait sans faille du fondateur d'Apple


cinema

"Steve Jobs : The Man in the Machine", un portrait sans faille du fondateur d'Apple

“Steve Jobs: The Man in the Machine” est le nouveau documentaire signé Alex Gibney sur le fondateur d’Apple et sur l’héritage colossal qu’il a laissé au monde des nouvelles technologies.

Le film livre un regard objectif et sans faille sur le créateur de la marque.

Alex Gibney, qui a aussi réalisé des documentaires sur la Scientologie et Wikileaks, a expliqué avoir choisi Steve Jobs comme sujet de travail à cause des contradictions inhérentes à son statut d’homme mythique.

“Je pense qu’il a eu une communication mythique qui a fait de lui un personnage important.C’est important de le comprendre pour ne pas se tromper sur sa personnalité. Ce qu’il a fait est à la fois super et pas si bien parce qu’avec son succès, les gens aimaient dire “Oh nous devrions imiter tout ce qu’il fait”. J’espère que nous ne le ferons pas, je pense que nous pouvons copier certaines choses mais pas toutes”, estime Alex Gibney le réalisateur.

Le film démarre avec la réaction des gens à la mort de Steve Jobs en 2011 et raconte ensuite l’histoire de sa passion et de ce que certains ont appelé son avidité.

Dans le film, on peut voir Bob Belleville, l’ingénieur qui a aidé Jobs a créer le Mac, fondant en larmes quand il décrit le bilan que l’aventure a eu sur son mariage et sur d’autres aspects de sa vie. La fille de Jobs, Lisa Brennan-Jobs dépeint quant à elle un père distant et peu généreux.

Le film donne aussi la parole à d’anciens employés d’Apple, et inclue des archives d’interview de Jobs et de son collaborateur Steve Wozniak, mais il n’a pas été approuvé par l’entreprise.

“Apple n’est pas content mais ils ne sont pas contents depuis le début. Je suis allé les voir sur le champ et je leur ai dit “voudriez-vous coopérer ? Et ils m’ont répondu nous n’avons pas les ressources pour vous aider sur ce projet”. Ce qui m’a amusé venant d’une des sociétés les plus puissantes du monde,” raconte Alex Gibney.

Gibney a remporté un Oscar avec son documentaire de 2007, “Taxi to the Dark Side”, sur un centre de torture irakien.

Il espère que les spectacteurs repartiront avec une meilleur compréhension d’Apple et qu’ils percevront mieux la dépendance que Steve Jobs a su créer avec son public.

Le choix de la rédaction

Prochain article
"Mediterranea", la crise des migrants vue avec dignité et simplicité

cinema

"Mediterranea", la crise des migrants vue avec dignité et simplicité