DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le président chinois en visite officielle aux Etats-Unis


Etats-Unis

Le président chinois en visite officielle aux Etats-Unis

Le président chinois est arrivé aux Etats-Unis. Il entame une visite d’une semaine. Et il débute par Seattle, ou il doit rencontrer le monde des affaires et de grandes figures de l‘économie américaine, inquiets du ralentissement économique chinois.

Xi Jinping doit visiter les locaux de Boeing et de Microsoft, qui ont d‘énormes intérêts en Chine.

“Ensemble, la Chine et les Etats-Unis représentent un tiers de l‘économie mondiale, un quart de la population mondiale et un cinquième du commerce mondial” a rappelé le président chinois dans une interview au Wall Street Journal. “Si deux grands pays comme les nôtres ne coopèrent pas, imaginez simplement ce qui peut se passer dans le monde”, a-t-il insisté.

Il rejoindra Barack Obama pour un dîner d‘état et une cérémonie en grande pompe dans les jardins de la Maison-Blanche. Il devrait essayer de rassurer Washington, après des accusations d’espionnage industriel, et des tensions autour des îles disputées en mer de Chine méridionale.

Il veut aussi rassurer le monde en expliquant que le ralentissement économique n’est que provisoire selon lui. Il s’exprimera devant l’assemblée générale des Nations-Unies le 28 septembre.

Dans le même temps des opposants s’activent : à Washington des bannières ont été érigées pour dénoncer l‘état des libertés en Chine.

Enfin on a appris qu’une femme d’affaires américaine est détenue en Chine depuis six mois pour espionnage présumé.

Le ministère chinois de la Sécurité d’Etat retient Sandy Phan-Gillis depuis mars et celle-ci fait l’objet d’une enquête pour “espionnage et vol de secrets d’Etat”, selon le site Internet savesandy.org, qui publie des informations sur son cas.

Mme Phan-Gillis a été stoppée alors qu’elle franchissait la frontière vers la région administrative spéciale de Macao (sud de la Chine), au terme d’une visite en Chine d’une délégation commerciale venue de Houston, ville du Texas dont elle est membre du Conseil pour le commerce et le développement international.

Le groupe de cinq personnes avait visité d’autres villes chinoises comme Pékin, Canton et Shenzhen, mais seule Sandy Phan-Gillis, née au Vietnam et dont la famille serait originaire du sud de la Chine, a été arrêtée, précise le site. “Sandy n’est pas une espionne ou une voleuse”, y a écrit son mari, Jeff Gillis. L’affaire n’a été révélée que lundi.

Mme Phan-Gillis “n’a pas été autorisée à voir ou à parler avec ses amis, sa famille, ou même ses avocats” durant sa détention, indique le site Internet, précisant toutefois que des fonctinnaires du consulat américain à Canton lui rendent visite une fois par mois.

De précédents appels à sa libération n’ont reçu aucune réponse, ajoute le site. Les autorités chinoises auraient “concédé qu’ils n’ont pas de preuves suffisantes pour une inculpation formelle contre” elle, toujours selon le site. Mme Phan-Gillis, assure-t-il, serait en “très mauvaise santé” et souffrirait d’hypertension.

Plusieurs ressortissants étrangers ont été condamnés dans des affaires similaires. Xue Feng, un géologue américain né en Chine, condamné pour vol de secrets d’Etat, avait été relâché en avril dernier après avoir purgé sept ans de prison. En 2010, l’Australien Stern Hu, un cadre du géant minier Rio Tinto, avait été condamné à 10 ans de prison pour corruption et espionnage industriel.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Volkswagen : le PDG présente ses profondes excuses et n'entend pas démissionner pour le moment