DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La République dominicaine lance un mandat d'arrêt international contre deux pilotes français


République Dominicaine

La République dominicaine lance un mandat d'arrêt international contre deux pilotes français

Beaucoup de questions après le retour en France des deux pilotes condamnés en août dernier à vingt ans de prison en République dominicaine pour trafic de drogue. Pascal Fauret et Bruno Odos ont toujours clamé leur innocence et ont déjà passé 15 mois en détention. Laissés en liberté dans l’attente de l’examen de leur appel, ils avaient toutefois interdiction de quitter St Domingue. Le Quai d’Orsay assure que la France n’est pas impliqué dans leur fuite.
“A partir du moment où on a à faire à une justice qui ne fait pas d’enquête, qui ne vous écoute pas et qui nous condamne à 20 ans pour la seule raison qu’on est Français et pas fils de bon chrétien, je suis désolé mais mon réflexe c’est de rentrer dans mon pays où je pourrais m’exprimer devant la justice, clore cette affaire” explique Pascal Fauret lors d’une conférence de presse.

C’est par bateau puis par avion, via les îles de Saint-Martin et de la Martinique, que Pascal Fauret, 55 ans, et son copilote Bruno Odos, 56 ans, ont fui pour regagner la France durant le week-end, selon une source proche du dossier.

La justice dominicaine a annoncé qu’elle allait lancer un mandat d’arrêt international contre les deux pilotes et dit être en contact avec Paris, notamment pour s’assurer que les pilotes “assument leur responsabilité (…), indépendamment des autres affaires en cours en France”.

Deux autres Français condamnés dans la même affaire restent en République dominicaine. Ils craignent une nouvelle incarcération.

L’affaire remonte à la nuit du 19 au 20 mars 2013, quand la police dominicaine intercepte sur le tarmac de l’aéroport de Punta Cana un Falcon 50 avec 26 valises contenant 680 kilos de cocaïne à son bord.
Le 14 août 2015, les pilotes ont été condamnés, avec deux autres Français, le passager, Nicolas Pisapia, et l’apporteur d’affaires Alain Castany, restés en République dominicaine, à 20 ans de prison. Quatre Dominicains ont écopé de cinq à dix ans de prison.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Les indépendantistes catalans accélèrent, Mariano Rajoy durcit le ton