DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le malheur des uns fait le business des autres !


Hongrie

Le malheur des uns fait le business des autres !

“Nous attendons ici à la frontière depuis des heures et des Slovènes vendent des pizzas”, raconte cet homme qui a voulu rester anonyme.

Dans toute tragédie, il y a toujours des profiteurs. La crise des réfugiés dans les Balkans ne fait malheureusement pas exception comme le montre ces images à la frontière entre la Slovénie et l’Autriche où 2 000 personnes attendent de pouvoir passer.

20 à 25 euros pour pouvoir manger après des heures, parfois des jours sans se nourrir.

“J’ai vu cela plusieurs fois sur notre chemin. 20 jours vraiment terribles. J’en ai vu des hommes faire cela. Acheter pour revendre : de la nourriture, peut être des médicaments, je ne sais pas, mais tous ces gens autour de moi, ils ont faim, ils ont besoin d’eau aussi… “, raconte Mohammed qui a fui la Syrie.

Aucune gêne de profiter de ces réfugiés, mais l’autre sujet de préoccupation pour les migrants, c’est le froid. L’hiver qui se profile et qui va durcir ce chemin vers une liberté déjà si chèrement payée.

“Pas de nourriture, pas d’eau. On a très froid. Deux jours d’hiver en Slovénie. Pas d’UNICEF, ni les autres. Il n’y a que la police en Slovénie”, s’insurge Rashed, lui aussi réfugié syrien.

Déjà éreintés par un long voyage périlleux qui les a conduits de la guerre civile aux barbelés de certaines frontières européennes, les réfugiés voient surgir de nouveaux obstacles sur la route d’un avenir qu’ils espèrent tous meilleur.

“En dépit de l’hiver qui arrive, le flot des réfugiés ne diminue pas. Et nous l’avons constaté, ici les autorités ne sont pas prêtes à affronter le froid, une situation qui ne peut que donner du grain à moudre aux profiteurs de toutes sortes”, estime notre envoyé spécial Attila Magyar, Euronews, Šentilj”

Loin des profiteurs, il y a aussi, la lumière de la générosité

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Turquie : manifestation pour la liberté de la presse après la fermeture de deux chaînes de télévision