Cet article n'est pas disponible depuis votre région

4.600 migrants interceptés en trois jours par les garde-côtes italiens

Access to the comments Discussion
Par Julien Pavy  avec AFP, RAI, Reuters
4.600 migrants interceptés en trois jours par les garde-côtes italiens

<p>L’afflux de migrants s’est intensifié ces derniers jours en Méditerranée. Les bonnes conditions météorologiques ont en effet convaincu de nombreux candidats à l’asile à prendre la mer. Ces hommes, originaires pour la plupart d’Afrique subsaharienne, débarquent dans le port italien de Reggio di Calabria, après un périlleux voyage parti de Libye. Ils font partie des quelque 4.600 migrants à avoir été secourus par les garde-côtes italiens entre jeudi et samedi.</p> <blockquote class="twitter-tweet" lang="fr"><p lang="it" dir="ltr"><a href="https://twitter.com/hashtag/CentraleOperativa?src=hash">#CentraleOperativa</a> coordina operazioni <a href="https://twitter.com/hashtag/SAR?src=hash">#SAR</a>: <a href="https://twitter.com/hashtag/NaveCorsi?src=hash">#NaveCorsi</a> <a href="https://twitter.com/hashtag/GuardiaCostiera?src=hash">#GuardiaCostiera</a> salva 127 <a href="https://twitter.com/hashtag/migranti?src=hash">#migranti</a> su un gommone <a href="https://t.co/LD5eeVe4Wn">pic.twitter.com/LD5eeVe4Wn</a></p>— Guardia Costiera (@guardiacostiera) <a href="https://twitter.com/guardiacostiera/status/673125624102416385">5 Décembre 2015</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> <h3>Les migrants économiques toujours bloqués à la frontière greco-macédonienne</h3> <p>Plus à l’Est, à la frontière entre la Grèce et l’ex-République yougoslave de Macédoine, des centaines de migrants dits “économiques” sont toujours bloqués. Les autorités macédoniennes ne laissent en effet passer que les réfugiés de guerre, notamment les Syriens et les Irakiens. Les autres sont priés de rebrousser chemin. Certains acceptent d‘être reconduits en bus vers Athènes. Ils sont peu nombreux dans ce cas.</p> <blockquote class="twitter-tweet" lang="fr"><p lang="en" dir="ltr">1,500+ stuck at Idomeni <a href="https://twitter.com/hashtag/Greece?src=hash">#Greece</a> due to border restrictions. Protests staged almost daily. <a href="https://t.co/2eYkDJHhfN">https://t.co/2eYkDJHhfN</a> <a href="https://t.co/hlJ4e0bN3F">pic.twitter.com/hlJ4e0bN3F</a></p>— UN Refugee Agency (@Refugees) <a href="https://twitter.com/Refugees/status/673050205479157760">5 Décembre 2015</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> <h3>En Allemagne, c’est Noël avant l’heure pour les enfants de réfugiés</h3> <p>Enfin, en Allemagne, la destination finale pour de nombreux migrants, la générosité bat son plein, notamment à Mülheim an der Ruhr. À l’approche de Noël, les enfants de réfugiés ont reçu de la part des habitants des cartons remplis de cadeaux.</p>