DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

L'UE veut assécher les ressources financières du terrorisme


Le bureau de Bruxelles

L'UE veut assécher les ressources financières du terrorisme

Après les attentats de Paris, la France a appelé ses partenaires européens à aller plus vite dans la lutte contre le financement du terrorisme. Un discours entendu par les ministres des Finances de l’Union. Les 28 ont décidé d’harmoniser leurs services nationaux du renseignement financier pour traquer les mouvements d’argent. Le gel des avoirs devrait lui aussi être étendu au-delà des comptes bancaires pour toucher d’autres biens comme les appartements, les voitures, voire « des prestations à caractère public »précise le ministre français des Finances, Michel Sapin.
Réduire les financements des terroristes veut dire d’une part s’attaquer aux revenus du groupe État islamique. D’autre part il s’agit aussi de repérer les mouvements financiers destinés à commettre des attaques. Pour le spécialiste du contre-terrorisme, Claude Moniquet, cette dernière tâche reste cependant plus incertaine. «  Je crains qu’on perde beaucoup de temps, beaucoup d‘énergie et beaucoup d’argent à combattre quelque chose qu’on ne peut pas combattre ». En revanche Claude Moniquet estime plus efficace de concentrer les efforts sur les revenus principaux du groupe État islamique comme le pétrole. « Il y a moyen de frapper les gens qui sont consommateurs, les acheteurs et qui achètent en connaissance de cause du pétrole vendu par Daech », précise-t-il.
Lutter contre les revenus pétroliers du groupe État islamique requiert soit des frappes militaires, qui sont actuellement en cours. La solution relève aussi de la diplomatie internationale pour convaincre les pays clients de ne plus se fournir par cette voie là.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

Une nouvelle dynamique pour l'aviation européenne