DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Oman, savant mélange de richesse patrimoniale et de modernité


life

Oman, savant mélange de richesse patrimoniale et de modernité

En partenariat avec

D’anciens forts, des mosquées éblouissantes et de nouvelles constructions qui le sont tout autant, les monuments du sultanat d’Oman illustrent la richesse de son passé et de son présent. Dans cette édition, nous explorons le patrimoine de ce pays de la péninsule d’Arabie, en commençant par un site classé à l’Unesco : le fort de Bahla qui se dresse au sein de l’oasis du même nom.

Fort de Bahla, l’un des plus anciens d’Oman

Ce chef-d’oeuvre de l‘époque médiévale islamique bâti en pierre et en brique crue fut une place fortifiée prospère pendant plusieurs siècles. “Ce fort est l’un des plus anciens que nous ayons à Oman, explique Masoud Al Yazidi, historien, Bahla a été la capitale d’Oman du temps de la dynastie des Nabahina qui a régné sur Oman pendant environ 500 ans.”

A l‘époque, une partie de la population vivait à l’intérieur de ces murailles. La plupart des habitations étaient reliées entre elles et l’intérieur était richement décoré. Nous y entrons avec Masoud Al Yazidi : “Ces niches, on les appelle “Rosanna”, les gens y mettaient des parfums, des bougies ou des lanternes.”

La couleur de Mascate : le blanc !

Nous quittons le fort de Bahla pour la capitale Mascate, bordée par l’Océan indien et par des montagnes escarpées. Avec son architecture de style oriental, la ville laisse entrevoir une fusion entre tradition et modernité. Une source d’inspiration unique pour la peintre Halima Albulushi qui appartient à une nouvelle génération d’artistes à Oman. “Si je devais illustrer Mascate en couleurs, confie-t-elle, je pense que je choisirais d’abord le blanc parce que tout est blanc ici : les maisons sont blanches. Il y aurait aussi des couleurs marrons, ajoute-t-elle, car il y a du marron au niveau des fenêtres, des portes et des montagnes et je prendrais aussi du bleu à cause de l’Océan.”

Les couleurs de la ville gagnent encore en éclat quand elles se reflètent dans le marbre de la Grande Mosquée Sultan Qaboos, l’une des plus grandes du monde. Ce bijou architectural qui peut accueillir vingt mille fidèles est l’un des plus beaux monuments de Mascate. “La mosquée se distingue par un mélange d’architecture d’Occident, d’Orient et d’Asie centrale,” insiste le guide Badar Al Dhuhli.

Parmi les trésors qu’elle renferme, un imposant lustre en cristal qui illumine la vaste salle de prière. Il mesure 14 mètres de haut et pèse huit tonnes. Plus de 1100 ampoules lui donnent toute sa splendeur. “C’est un endroit dont nous sommes fiers, souligne Badar Al Dhuhli, cette mosquée est le symbole de l’identité omanaise.”

Grande Mosquée Sultan Qaboos, souk de Muttrah

Autre composante de cette identité : le souk du quartier de Muttrah, le plus célèbre de la ville et l’un des plus anciens du sultanat. Son dédale de ruelles invite à découvrir dans les senteurs d’encens, des pièces d’artisanat typiques. “Le souk de Muttrah, insiste Akhtar Al Balushi, gérant d’un magasin, c’est un endroit où les gens font connaissance, où les jeunes et les vieux se rencontrent, boivent un café, discutent.”

Changement de décor radical : nous pénétrons dans l’Opéra royal de Mascate qui a déjà accueilli de grands noms de l’art lyrique comme Jonas Kaufmann, Plácido Domingo et Renée Flemming.

Une scène internationale pour l’art lyrique, mais pas seulement

Sur la scène de cet exemple d’architecture contemporaine islamique ouvert en 2011 : des opéras, des ballets et des concerts de musique de tout style. “Cet Opéra royal, indique son directeur général Umberto Fanni, contribue à faire le lien entre différentes cultures et à donner l’opportunité aux jeunes générations de s’intéresser à leurs traditions du passé, mais aussi de regarder vers l’avenir.”

Prochain article

life

Uzbekistan Life : Termez, le coeur antique du bouddhisme