DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Gravity : Kristoffersen reçu quatre sur cinq


gravity

Gravity : Kristoffersen reçu quatre sur cinq

Bonjour et bienvenue dans Gravity. La station suisse de Wengen a été “colonisée” par les skieurs norvégiens. Après les victoires de Kjetil Jansrud dans le combiné et d’Aksel Lund Svindal en descente, Henrik Kristoffersen s’invite à la fête en s’adjugeant le slalom.

Deux Italiens sur le podium en slalom, cela n‘était plus arrivé depuis six ans, mais ils se sont fait voler la vedette par Henrik Kristoffersen. Le prodige norvégien réussit une saison quasi-parfaite entre les piquets avec une deuxième place et surtout quatre victoires en cinq épreuves.

Ce dimanche, ce n’est pas sur la piste habituelle, mais sur le bas de la descente du Lauberhorn et sous la neige, qu’il s’impose avec maestria. En tête de la première manche, il gère le deuxième tracé comme un “vieux briscard” alors qu’il n’a que 21 ans.

Les Italiens font mieux que les Français

Il repousse à trois dixièmes de seconde Giuliano Razzoli qui a dix ans de plus que lui et qui fut champion olympique de la spécialité à Vancouver en 2010. Les Jeux, il aime ça, les Mondiaux beaucoup moins puisqu’il n’a jamais été classé, que ce soit à Val d’Isère en 2009, Garmisch en 2011, Schladming en 2013 ou Beaver Creek en 2015.

Un autre Transalpin complète le podium, Stefano Gross, qui a signé son seul succès en Coupe du monde dans les Alpes Bernoises, à Adelboden, l’hiver dernier.

Tir groupé des Français avec les sixièmes, septièmes, dixièmes et onzièmes places d’Alexis Pinturault, Jean-Baptiste Grange, Victor Muffat-Jeandet et Robin Buffet.

Mauvaise opération de Marcel Hirscher qui rate une porte et abandonne dans la deuxième manche. Du coup, il voit Henrik Kristoffersen s’envoler vers le globe de cristal du slalom et il laisse les commandes du classement général de la Coupe du monde à un autre Norvégien, Aksel Lund Svindal.

Kitzbühel, rendez-vous avec le mythe

Après Wengen, direction Kitzbühel pour une autre “classique” du mois de janvier. La descente programmée samedi sur la Streif sera la course la plus attendue de l’année. Pour nous en parler, un expert, l’ancien champion olympique Franck Piccard.

Franck Piccard : On est totalement dans le mythe du ski avec une ambiance extraordinaire. C’est une piste bien difficile au départ. On est tout de suite plongé dans la “Mausefalle” à 130 km/h. Cela vous prend vraiment aux tripes. La peur monte petit à petit. Je ne sais pas si c’est vraiment de la peur, je pense que c’est plutôt le trac de l’artiste qui vient à ce moment-là.

On a envie de bien faire, on a envie de réussir sur cette piste, parce que c’est toute l’Histoire du ski qui est là. Et en même temps, on ne sait pas si on aura les moyens de réussir. Donc on est à la fois humble et vaillant pour y aller, mais ça s’arrête là. Il ne faut pas outrepasser ce qu’on sait faire, parce que sinon on va au tas et c’est terminé.

La “reine Viktoria” chez le “Dieu Hermann”

En Autriche, le ski alpin est presque une religion et Hermann Maier quasiment un Dieu vivant. C’est dans sa station et sur la piste qui porte son nom que la Coupe du monde féminine vient de faire escale. A la clé : deux succès en slalom pour Veronika Velez-Zuzulova et un géant gagné ce dimanche par Viktoria Rebensburg.

Championne olympique en 2010, lauréate du petit globe de cristal en 2011 et 2012, vice-championne du monde l’an passé : Viktoria Rebensburg est l’une des meilleures géantistes de la planète, mais elle n’avait plus gagné dans sa discipline de coeur depuis plus de trois ans.

L’Allemande, dossard 1, met fin à cette disette à Flachau en signant sa 11e victoire en Coupe du monde avec une avance de près d’une seconde sur la Slovène Ana Drev, qui avait signé le meilleur chrono de la première manche, et sur l’Italienne Federica Brignone.

Lara Gut part à la faute et se contente de la 19e place. C’est toujours mieux que Lindsey Vonn qui ne franchit pas la ligne d’arrivée et cède quelques points supplémentaires à sa rivale venue de Suisse.

Lindsey Vonn à la chasse aux records

La semaine dernière, dans “skiing past”, nous vous parlions d’Annemarie Moser-Pröll, qui a longtemps détenu le record de courses gagnées en Coupe du monde. Aujourd’hui, gros plan sur celle qui l’a effacée des tablettes il y a tout juste un an…

Le 18 janvier 2015, Lindsey Vonn signe son 62e succès sur le circuit en remportant la descente de Cortina d’Ampezzo, dans le nord de l’Italie. La star américaine, qui n’aime pas partager la lumière des projecteurs, ne restera pas bien longtemps à hauteur d’Annemarie Moser-Pröll.

Dès le lendemain, sur la même piste, la “Tofane”, elle s’adjuge le super-G pour devenir la skieuse la plus prolifique de l’histoire. Elle en est maintenant à 73 victoires et n’est plus qu‘à 13 longueurs du record absolu – hommes et femmes confondus – d’Ingemar Stenmark.

It’s snowtime !

Lindsey Vonn aura l’opportunité de se rapprocher de ce record à l’occasion de la descente et du super-G prévus le week-end prochain justement à Cortina d’Ampezzo. En attendant, on se quitte avec les plus belles images des courses de Wengen : it’s snowtime !

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

gravity

Gravity : Kristoffersen et Vonn intouchables