DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Irak : l'ONU publie un rapport édifiant sur la situation des civils

Meurtres, tortures, viols, esclavage sexuel… Le portrait de l’Irak dressé par l’ONU est particulièrement sinistre. Le rapport,présenté ce mardi

Vous lisez:

Irak : l'ONU publie un rapport édifiant sur la situation des civils

Taille du texte Aa Aa

Meurtres, tortures, viols, esclavage sexuel… Le portrait de l’Irak dressé par l’ONU est particulièrement sinistre.

Point of view

Les atrocités commises sont des meurtres à caractère ethnique, des enlèvements, des viols, des destructions de patrimoine religieux ou culturel, des destructions d'infrastructures, de l'esclavage sexuel...

Le rapport,présenté ce mardi, comporte une quarantaine de pages.

>> Document à consulter ici (version complète en anglais uniquement).

>> Résumé du document à consulter ici (version française).

Il a été établi par la Mission d’assistance des Nations Unies pour l’Irak (MANUI) et le Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’Homme.

Pendant deux ans, ces deux organismes ont rassemblé des données. Et il apparaît – une fois de plus – que les civils sont les premières victimes de la guerre.

Depuis janvier 2014, nous avons enregistré la mort de plus de 18 000 personnes, directement en lien avec le conflit. A cela s’ajoute plus de 3 millions de personnes qui ont dû fuir leurs maisons et leurs villages, et qui sont désormais considérées comme des déplacées.Mohammad Ali Alnsour, responsable régional, Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’Homme

Le rapport pointe du doigt essentiellement les djihadistes du groupe Etat islamique, qui contrôlent un partie du territoire irakien.
D’après les auteurs du document, les actes perpétrés par Daesh “pourraient, dans certains cas, constituer des crimes de guerre, des crimes contre l’humanité et potentiellement des crimes de génocide”.

Les atrocités commises sont des meurtres à caractère ethnique, des enlèvements, des viols, des destructions de patrimoine religieux ou culturel, des destructions d’infrastructures, de l’esclavage sexuel… Et cela touche des milliers de personnes issues de minorités.Francesco Motta, chargé des droits de l’Homme, Mission d’assistance des Nations Unies pour l’Irak

Daesh détiendrait actuellement en Irak près de 3500 personnes en esclavage. Il s’agirait principalement de femmes et d’enfants yézidis, une minorité kurdophone.

Les responsables de l’ONU préviennent : il se peut que ce qui est contenu dans ce rapport soit bien en-deçà de la réalité.