DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Les instruments du baroque


le mag

Les instruments du baroque

Wolfgang Spindler, Euronews : “Bien sûr la musique baroque est habituellement jouée avec des instruments originaux pour que le son soit authentique. Nombre de ces instruments sont à peine connus du grand public. Au festival de la musique baroque de Valletta j’ai eu la chance de les voir de plus près.”

Mahan Esfahani a joué les variations Goldberg de Bach. Né à Téhéran mais ayant grandi à New York le musicien s’est rapidement intéressé au clavecin. Cet instrument, remplacé par le piano forte puis par le piano connaît avec la musique baroque une renaissance. Sans parler des compositeurs modernes comme Poulenc.

Mahan Esfahani : “On a beaucoup de musiques modernes qui ont été écrites pour le clavecin, tout un répertoire en fait. Ca c’est écrit pour le clavecin, c’est très différent de la façon dont Bach appréhendait l’instrument. Vous savez c’est un langage moderne mais le clavecin est parfait pour ça, c’est pour cela que que je veux que les gens comprennent que cet instrument n’a pas de limites.”

Nikolai Vuković accorde les clavecins et pianos du festival. Il lui faut une heure pour en accorder un : “Le clavecin est le précurseur du piano et la différence c’est qu’on ne peut pas faire varier l’intensité du son. Elle est toujours la même. Un piano a été inventé pour créer différents niveaux d’intensité. Cet instrument pince les cordes. A l’arrière de la clé se trouve ce que nous appelons un sautereau et sur le sautereau nous avons ici un petit bec, avant c‘était fait avec une plume. Les instruments modernes utilisent certains types de plastique. La piano est différent parce que les cordes sont frappées.”

Mahan Esfahani : “Vous savez chaque fois que vous écoutez une pièce de Bach ou que vous la jouez, ou que vous êtes dans le public, vous savez que vous n’allez jamais complètement comprendre ce qui se passe. C’est tout simplement impossible. Mais c’est pourquoi on les écoute encore et encore.”

L’ensemble espagnol “La Ritirata” est en pleine répétition. Son directeur artistique et fondateur Josetxu Obregón joue sur une violoncelle baroque légèrement différent du moderne.

Josetxu Obregón : “La pique métallique que l’on trouve sur les violoncelles modernes n’existaient pas encore. Comme vous pouvez le voir il n’y a pas ce pied ici. Le son est aussi un peu différent parce que l’ame des cordes est faite de boyaux. Ce qui donne un son plus délicat, plus doux et pas aussi fort. Mais pour moi la couleur est plus intéressante.”

Daniel Zapico : “Cet instrument c’est un théorbe. Il appartient à la famillle des luths avec un manche allongé et un deuxième chevillier, ainsi les cordes sont plus longes et les sons sont plus graves. Quand on joue du théorbe il faut beaucoup utiliser le pouce parce qu’on ne peut pas arrêter les cordes graves avec la main gauche, donc on la joue avec le pouce et elles vibrent pendant que l’on joue l’accord.”

Ces jeunes musiciens qui interprétaient ici des compositeurs italiens et espagnols sont régulièrement invités dans des festivals du monde entier.

Le choix de la rédaction

Prochain article
Cologne : salon international du meuble

le mag

Cologne : salon international du meuble