DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Grand Chelem de Paris : Agbegnenou en or


Sport

Grand Chelem de Paris : Agbegnenou en or

Si le Grand Chelem de Tokyo rime avec tradition, celui de Paris rime avec prestige. À l’exception des blessés, la crème de la crème du judo mondial est venue pour ce deuxième évènement de la saison avec le couteau entre les dents. Paris, ce sont 15 000 spectateurs par jour, 100 000 euros de prix, 500 points pour les vainqueurs et l’occasion de se positionner comme favori avant les Jeux Olympiques de Rio.

Chez les femmes, en moins de 48kg, Otgontsetseg Galbadrakh a décroché l’or. La Kazakh a dominé la Mongole Urantsetseg Munkhbat grâce à un yuko. Il s’agit de son premier succès en Grand Chelem. La Brésilienne Sarah Menezes et la Hongroise Eva Csernoviczki montent également sur le podium.

En moins de 52kg, la victoire est revenue à Majlinda Kelmendi. La Kosovarde n’a pas fait dans le détail. 39 secondes lui ont suffi pour dominer la Roumaine Andreea Chitu. Deux Françaises sont en bronze : Priscilla Gneto et Annabelle Euranie.

En moins de 57kg, il y a eu davantage de suspense. Jan-Di Kim a eu besoin de 2’37’‘ pour prendre le meilleur sur la Mongole Sumiya Dorjsuren. Il s’agit de la deuxième victoire en Grand Chelem de la Sud-Coréenne après son succès à Abu Dhabi en octobre dernier.

Dans la catégorie supérieure (-63kg), Clarisse Agbegnenou, victorieuse en 2013 et 2014, a renoué avec le succès à Paris. La Française n’a eu besoin que de 1’21’‘ pour l’emporter face à la Japonaise Miku Tashiro, médaillée de bronze aux derniers Mondiaux. Agbegnenou, elle, avait terminé deuxième à Astana en août dernier. Cet été, elle tentera de décrocher un premier titre olympique à Rio.

Chez les hommes, en moins de 66kg, Masashi Ebinuma a eu un parcours difficile jusqu‘à la finale. Mais face à Tumurkhuleg Davaadorj, le Japonais n’a combattu que 54 secondes. Le temps de mettre son adversaire au sol. Ebinuma décroche ainsi sa 7e médaille dans un Grand Chelem, la 2e en or après Tokyo en 2009. Kilian Le Blouch, lui, est en bronze. C’est sa première médaille dans un Grand Chelem.

En moins de 73kg, Chang-Rim An a eu beaucoup de difficultés à prendre le meilleur sur le Russe Denis Iartcev. Le Sud-Coréen a marqué un waza-ari. Suffisant pour s’imposer. C’est son deuxième titre en Grand Chelem après celui d’Abu Dhabi l’an dernier. Hiroyuki Akimoto et Sagi Muki montent, eux aussi, sur le podium.

Cette première journée parisienne a été riche en émotions et en surprises également. Chez les femmes, en moins de 48kg, Ami Kondo, championne du monde en 2014 a été sortie dès son entrée en lice par la Kazakh Otgontsetseg Galbadrakh. Issue identique pour Boldbaatar Ganbat en moins de 60kg. Le Mongol a été éliminé par le Français Sofiane Milous après prolongation.

Enfin, nous terminons avec l’image du jour : en moins de 66kg, il y avait un duel au sommet en quart de finale entre Masashi Ebinuma, champion du monde 2014 et Baul An, champion du monde 2015. Un choc remporté par le Japonais, et de quelle manière : un ippon spectaculaire !

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Sport

Coupe du monde : Jansrud vainqueur logique à Jeongseon