DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le palmarès des Oscars : la part belle à "The Revenant", "Spotlight" et "Mad Max"


le mag

Le palmarès des Oscars : la part belle à "The Revenant", "Spotlight" et "Mad Max"

En partenariat avec

Et bien non Leonardo n’est pas rentré bredouille. Leonardo DiCaprio, l’une des plus grandes stars d’Hollywood, a reçu son premier Oscar dimanche pour son interprétation d’un trappeur en quête de vengeance dans “The Revenant”.
L’acteur de 41 ans aux yeux bleus, qui a décrit ce tournage dans le Grand Nord canadien et la Patagonie comme l’une des plus difficiles expériences de sa carrière, était grand favori. Il a reçu une ovation au Dolby Theatre et a appelé à agir contre “le changement climatique, qui est réel et se passe maintenant”.

Le film a aussi permis au cinéaste mexicain Alejandro Iñarritu d’entrer dans la légende d’Hollywood en recevant l’Oscar du meilleur réalisateur pour la deuxième année de suite avec son western sombre “The Revenant”. Le Mexicain, qui avait déjà été sacré l’an dernier pour “Birdman”, est le troisième réalisateur de l’Histoire à gagner deux fois de suite ce prix, après John Ford (1941 et 1942) et Joseph L. Mankiewicz (1950 et 1951).

Spotlight qui retrace avec brio l’enquête des journalistes du Boston Globe sur les prêtres pédophiles a été couronné, et il le méritait grandement, de succès en remportant l’Oscar du meilleur film.

Oscar-díjátadó 2016:Néhány fotó a vörös szőnyeges bevonulásról és a gáláról.(fotók: REUTERS)

Közzétette: euronews – 2016. február 28.


Sylvester Stallone a été coiffé au poteau par le Britannique Mark Rylance dimanche lors d’Oscars marqués par la polémique sur le manque de diversité à Hollywood, tandis que la saga post-apocalyptique “Mad Max” raflait les prix techniques.

Enfin, “Le Fils de Saul”, lauréat dimanche de l’Oscar du meilleur film étranger, offre une plongée simple et poignante au coeur même de la Shoah, à travers le quotidien d’un Juif des Sonderkommandos, ces déportés forcés de participer à l’extermination.
Premier long-métrage du jeune réalisateur hongrois Laszlo Nemes, 39 ans, ce film déjà couronné par le Grand prix du Festival de Cannes et aux Golden Globes faisait figure de favori.
Il l’a emporté face à l’ode à la liberté franco-turque “Mustang”, au western bédouin “Theeb” présenté par la Jordanie ainsi que “L‘étreinte du serpent” et “A War” qui représentait respectivement la Colombie et le Danemark.

      Le choix de la rédaction

      Prochain article

      le mag

      Milan au rythme de la Fashion Week