Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Brésil : "l'effet Lula" tourne court, Dilma Rousseff un peu plus sur la sellette

Access to the comments Discussion
Par Olivier Peguy  avec AGENCES
Brésil : "l'effet Lula" tourne court, Dilma Rousseff un peu plus sur la sellette

<p>Des gaz lacrymogènes tirés à l’extérieur du palais présidentiel à Brasilia.<br /> Les forces de l’ordre ont dû intervenir pour éloigner les opposants. Et dans le même temps, les partisans de la présidente Dilma Rousseff qui font profil bas.</p> <p>>> <a href="https://fr.news.yahoo.com/heurts-entre-partisans-et-adversaires-lula-%C3%A0-brasilia-144954417.html?utm_source=twitterfeed&utm_medium=twitter">Nouvelles manifestations au Brésil autour du cas Lula</a></p> <p>La situation politique au Brésil devient, presque d’heure en heure, un peu plus instable.<br /> Il y a non seulement les manifestants qui, encore une fois, ont appelé au départ de Dilma Rousseff.<br /> Mais il y a aussi les députés qui, dans l’après-midi, ont donné le coup d’envoi de la procédure de destitution de la présidente, avec la mise en place d’une commission spéciale chargée de plancher sur le sujet.</p> <p>Tout cela a donc sérieusement terni la cérémonie de prise de fonction de Lula da Silva au poste de chef de cabinet.</p> <h3>Pas de “miracle Lula”</h3> <p>Ce retour aux affaires de l’ex-président devait pourtant marquer un nouveau départ pour un gouvernement englué dans un scandale de corruption, plombé par une situation économique morose, et empêtré dans une crise politique.<br /> Mais “l’effet Lula” aura tourné court.<br /> L’ancien président charismatique n’a pas dit un mot de la journée.<br /> On le soupçonne d’avoir été nommé à ce poste juste pour échapper à une éventuelle mise en détention. Car il est lui-même soupçonné de corruption dans le scandale Petrobras, à l’origine de tout ce chaos.</p> <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr"><a href="https://twitter.com/hashtag/Br%C3%A9sil?src=hash">#Brésil</a> : un juge demande la suspension de l’entrée au gouvernement de <a href="https://twitter.com/hashtag/Lula?src=hash">#Lula</a> <a href="https://t.co/E8hxIVhTNG">https://t.co/E8hxIVhTNG</a> <a href="https://t.co/BshNJ3qdzN">pic.twitter.com/BshNJ3qdzN</a></p>— Le Monde (@lemondefr) <a href="https://twitter.com/lemondefr/status/710511539204259841">17 mars 2016</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> <p>Selon un récent sondage, 60% des Brésiliens sont favorables à la destitution de Dilma Rousseff.</p> <h3>Pour aller plus loin</h3> <p>>> <a href="http://www.boursorama.com/actualites/les-cles-de-la-crise-historique-que-vit-le-bresil-06cba77747ef29cf0b4107417cbe0ac7">Les clés de la crise historique que vit le Brésil</a></p> <p>>> <a href="http://www.la-croix.com/Monde/Ameriques/CHRONOLOGIE-Bresil-les-dates-cles-du-scandale-Petrobras-2016-03-17-1200747425">Brésil : les dates clés du scandale Petrobras</a></p> <p>>> <a href="http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2016/03/17/bresil-sergio-moro-le-juge-au-c-ur-du-scandale-petrobras_4885091_3222.html">Brésil : Sergio Moro, le juge au cœur du scandale de corruption Petrobras</a></p>