DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'artiste Vasarely exposé à Budapest

Vous lisez:

L'artiste Vasarely exposé à Budapest

Taille du texte Aa Aa

Victor Vasarely avait la faculté de jouer avec les perceptions. Le plasticien hongrois naturalisé français est considéré comme le père de l’op art

Victor Vasarely avait la faculté de jouer avec les perceptions. Le plasticien hongrois naturalisé français est considéré comme le père de l’op art, l’art optique, l’art des illusions visuelles.

Une exposition à Budapest est consacrée à ses œuvres, toutes créées avant l‘époque digitale.

Le petit-fils de l’artiste, Pierre Vasarely, explique comment fonctionnait son grand-père.

“C’est un énorme travailleur et c’est en travaillant énormément qu’il a mis en place une technique qui lui a permis d’aller plus vite, de dessiner, d’imaginer. Beaucoup de ses œuvres ont été réalisées à partir de collages initiaux qui lui ont permis de voir ce que serait les œuvres une fois réalisées en peinture. Une pointe de colle, des petits carreaux en carton collés lui ont permis d’avoir une appréciation de l‘œuvre terminée et cela, c’est une technique qu’il a mis en place avec l’aide aussi d’assistants.”

L'institut français de Budapest a mis en place cette exposition pour le 110è anniversaire de la naissance de l’artiste. Comme Picasso ou Modigliani, il n’est pas né en France, mais il y est devenu un grand artiste.

Le directeur de l’Institut français, Hervé Ferrage, avoue une préférence pour les œuvres en noir et blanc. “On y sent une influence à laquelle je suis personnellement très sensible, qui est celle des mouvements constructivistes et abstraits des années trente.”

En 1969, le régime communiste hongrois autorisa pour la première fois une exposition de Vasarely à Budapest.

À l‘époque, l’art abstrait était tabou, mais les sérigraphies de Vasarely étaient d’accès facile et le public pouvait s’en acheter : c’est pour cette raison que Vasarely était toléré par les leaders communistes.

“Après l’exposition de 1969 à Budapest, presque tous les intellectuels et le cols blancs hongrois ont décoré leurs appartements avec des affiches de Vasarely” raconte le commissaire de l’exposition, Marton Oroz. “Beaucoup ont aussi ramené chez eux des rideaux ou des tapis dessinés dans l’esprit de l’art optique de Vasarely. En Hongrie, le rêve de Vasarly est devenu réalité. L’idée de l’artiste était démocratique : intégrer l’art dans l’espace que nous occupons. Et en Hongrie cela s’est passé comme l’imaginait Vasarely.”

Vasarely est devenu un artiste connu et populaire à travers le monde.

L’exposition de Budapest qui lui est consacrée est ouverte jusqu’au 18 juin.

“On peut voir les nombreuses œuvres de Vasarely en dehors des musées” explique le correspondant d’Euronews Gabor Acs avec, à la main, une tomette en ciment imprimé d’un dessin de l’artiste. “Ce détail d’un sol est en ciment, il est fait au Maroc et on le voit un peu partout, dans des cuisines ou des salles de bains. Vasarely rêvait de “villes colorées”, de la construction de maisons qui deviennent des œuvres d’art habitées. Et comme première étape, cette tomette de ciment est assez populaire.”