DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Macha et l'ours à la conquête du monde


le mag

Macha et l'ours à la conquête du monde

En partenariat avec

“Macha et l’ours” sont russes, la série vient de Moscou et elle est devenue aujourd’hui un hit international avec des diffusions dans 120 pays et sa chaîne YouTube classée dans les 10 premières dans le monde.

C’est les aventures d’une petite fille et d’un ours retraité qui autrefois travaillait dans un zoo.

La série est née en 2009 dans le studio Animaccord où le directeur, Dmitry Loveyko, explique que la série a d’abord passé l‘épreuve du marché russe avant de connaître le succès à l‘étranger : “Si vous avez réussi à percer sur le marché russe, où tout est si difficile, où chacun est persuadé de savoir comment il faut jouer au foot, comment il faut éduquer les enfants et quels dessins animés ils doivent regarder, si vous avez réussi sur ce marché, alors vous avez déjà franchie une étape avant de vous présenter sur le marché international.”

En plus des revenus des diffusions sur les chaînes de télévision et des royalties sur internet, l’entreprise tire désormais 60 pour-cent de ses revenus des produits dérivés qui vont des jouets jusqu’aux sachets de thé aux couleurs de la série.

La série en 3D a conquis un public qui va aujourd’hui des tout petits jusqu’aux plus âgés.

“Je crois que c’est populaire parce que c’est simple” pense Valeriya Bykova, une mère de famille russe. “Les enfants comprennent, c’est joyeux, bien dessiné, moi-même, j’aime beaucoup le graphique.”

“Ma fille aime beaucoup depuis qu’elle est toute petite” confirme Ekarerina Lapchova, une autre mère de famille. “C’est très mignon, et moi aussi à mon âge, je le regarde ce dessin animé !”

Les aventures de Macha, la petite fille toujours sauvée in extremis des désastres par son ours, sont traduites en 25 langues et diffusés par des géants comme Netflix et NBC Universal.

Le studio Animaccord ne révèle pas les profits engendrés par la série, mais assure que les revenus augmentent de 40 % chaque année.

Certains épisodes ont battu des records de popularité : c’est le cas de “Recepe for Desaster” – une recette pour le désastre, qui a enregistré plus d’un milliard de vue.

Chaque épisode de Macha et l’Ours est vue entre 250 et 500 mille fois.

Le choix de la rédaction

Prochain article

le mag

Monet à Londres