DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

"Land of Mine" : haine, vengeance et pardon


cinema

"Land of Mine" : haine, vengeance et pardon

En partenariat avec

Critiques enthousiastes depuis sa sortie dans les cinémas allemands il y a environ quinze jours pour le film dramatique et historique germano-danois “Land of Mine”.

Ce long-métrage du réalisateur danois Martin Zandvliet raconte l’histoire d’enfants-soldats allemands appelés à déminer les plages danoises à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Près de la moitié d’entre eux trouveront la mort ou seront gravement blessés.

“Land of Mine” revient sur un épisode sombre de l’Histoire danoise, un chapitre noir et relativement peu connu.

“Je suis venu avec l’idée de faire un film sur le côté sombre de l’histoire du Danemark pendant la guerre. Généralement, nous entendons parler de ce que nous avons fait de bien, de ceux que nous avons aidés. Or je crois que toutes les nations ont leurs côtés sombres. Alors j’ai commencé mes recherches”, explique Martin Zandvliet.

À mains nues, rampant dans le sable, le groupe de jeunes prisonniers allemand effectue des travaux dangereux sous les ordres du Sergent Danois Carl Leopold Rasmussen qui défoulera toute sa rage sur les adolescents avant qu’un tragique accident change sa perception de l’ennemi.

“La première fois que j’ai découvert que les Allemands avaient été obligés de déminer les plages, je me suis encore plus intéressé à l’histoire. J’ai pensé que c‘était horrible que de jeunes garçons aient été envoyés là-bas. Les Allemands devaient déminer, bien sûr, mais cela devait-il être fait par des enfants ? “, ajoute le réalisateur.

Rares sont les documents qui relatent ces faits. Martin Zandvliet a donc investigué, des cimetières aux dossiers des hôpitaux en passant par de longues conversations avec des historiens amateurs s‘étant intéressés à l’histoire des plages du Danemark. Des personnes en possession d’anciennes photos et de matériel de guerre de l‘époque.

“Il n’y a pas un seul livre d’histoire qui parle de ça. Donc, j’ai senti que c‘était un sujet que personnes ne voulait vraiment aborder. Mais j’espère que maintenant, il y aura un débat et que peut-être un livre d’histoire verra le jour”, conclut le réalisateur Martin Zandvliet.

“Land of Mine” est un film qui parle de haine, de vengeance mais aussi de pardon. Un film qui, assure le réalisateur “n’essaie pas d’accuser ou de provoquer un sentiment de culpabilité collective 70 ans après la fin de la guerre mais dont l’intention est de montrer comment la haine d’un peuple s’est abattue sur un groupe de jeunes hommes qui n’avaient qu’une seule envie : rentrer chez eux, auprès de leurs parents.”

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Le choix de la rédaction

Prochain article

cinema

Elvis & Nixon : rencontre au sommet...