Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Soupçons de corruption dans l'attribution des JO 2020 à Tokyo

Access to the comments Discussion
Par Euronews
Soupçons de corruption dans l'attribution des JO 2020 à Tokyo

<p>C’est dans cet immeuble de Singapour qu’est basée la société Black Tidings liée à l’un des fils de Lamine Diack, et qui est au coeur d’une enquête pour corruption menée par la justice française. <br /> Paris suspecte des versements dans l’attribution des jeux Olympiques d‘été de 2020 à Tokyo, 1,8 million d’euros en provenance d’une banque japonaise versés en 2013 au profit de cette société.<br /> Le président du Comité olympique japonais affirme qu’il s’agit de rémunérations légitimes d’un consultant :</p> <div style="padding:3px; padding-left:6px; border-left:4px solid #d0d0d0; background-color:#f1f1f1; margin-left:20px; font-style:italic;"> “La société de conseil nécessaire à la collecte d’informations et à notre stratégie de candidature est bien celle qui a été mentionnée. Cependant, nous avons été informés que le comité de candidature de Tokyo ne pouvait pas avoir été au courant du lien entre cette société et Lamine Diack.” </div> <p>Le président du Comité olympique japonais Tsunekazu Takeda explique que</p> <div style="padding:3px; padding-left:6px; border-left:4px solid #d0d0d0; background-color:#f1f1f1; margin-left:20px; font-style:italic;"> “Les consultants dans ce domaine sont souvent des hommes d’affaires qui utilisent leurs maisons comme adresse pour leur entreprise car ils voyagent à travers le monde.”</div> <p>Le Japon joue la transparence et promet de vérifier les faits et de coopérer avec la justice française.<br /> De son côté, Papa Massata Diack a démenti avoir reçu de l’argent pour que Tokyo remporte la victoire.<br /> L’organisation des jeux de Tokyo a déjà connu deux épisodes embarrassants, dont la création d’un nouveau logo après des accusations de plagiat qui ont entaché le premier retenu.</p> <p>avec <span class="caps">AFP</span></p>