DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Soupçons de corruption dans l'attribution des JO 2020 à Tokyo

Sport

Soupçons de corruption dans l'attribution des JO 2020 à Tokyo

Publicité

C’est dans cet immeuble de Singapour qu’est basée la société Black Tidings liée à l’un des fils de Lamine Diack, et qui est au coeur d’une enquête pour corruption menée par la justice française.
Paris suspecte des versements dans l’attribution des jeux Olympiques d‘été de 2020 à Tokyo, 1,8 million d’euros en provenance d’une banque japonaise versés en 2013 au profit de cette société.
Le président du Comité olympique japonais affirme qu’il s’agit de rémunérations légitimes d’un consultant :

“La société de conseil nécessaire à la collecte d’informations et à notre stratégie de candidature est bien celle qui a été mentionnée. Cependant, nous avons été informés que le comité de candidature de Tokyo ne pouvait pas avoir été au courant du lien entre cette société et Lamine Diack.”

Le président du Comité olympique japonais Tsunekazu Takeda explique que

“Les consultants dans ce domaine sont souvent des hommes d’affaires qui utilisent leurs maisons comme adresse pour leur entreprise car ils voyagent à travers le monde.”

Le Japon joue la transparence et promet de vérifier les faits et de coopérer avec la justice française.
De son côté, Papa Massata Diack a démenti avoir reçu de l’argent pour que Tokyo remporte la victoire.
L’organisation des jeux de Tokyo a déjà connu deux épisodes embarrassants, dont la création d’un nouveau logo après des accusations de plagiat qui ont entaché le premier retenu.

avec AFP

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article