DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Golfe Persique : à la poursuite des tortues vertes

Sci-tech

Golfe Persique : à la poursuite des tortues vertes

En partenariat avec

A la chasse à la tortue ! La clarté de l’eau dans ce coin du Golfe Persique simplifie les choses. Un dernier saut à l’eau et la tortue verte se retrouve prise sur un bateau… pour la bonne cause, celle du EWS WWF l’antenne du WWF dans les Emirats Arabes Unis qui étudie ces tortues.

Nicolas J. Pilcher, directeur de la fondation de recherche marine : « C’est une prise étonnante. Ces tortues nous disent quel est le pourcentage des mâles et des femelles et si elles sont en bonne santé. Comment pouvoir faire ça ailleurs. On a capturé 8 tortues en 35 minutes. »

Direction l‘île de Bu Tinah dans la Réserve marine de Marawah pour suivre le projet de sauvegarde des tortues vertes du Golfe persique et dans ce cadre une initiative qui a été lancée en 2010.

Rita Del Prete, euronews : « Nous avons vu comment ils prennent les tortues. Désormais nous allons voir trois interventions réalisées ensemble pour la première fois dans le monde sur ces espèces marines. »

La population des tortues a décliné en raison des activités humaines et de la perte de zones de nidification.

Les tortues vertes peuvent parcourir de très grandes distances entre ces zones de nidification et les herbiers dont dépend aussi leur survie.

Jimena Rodriguez, responsable projet EWS-WWF : « Ici je suis en train de déployer un satellite, avec une borne sur cette tortue. Dès qu’elle va se trouver au contact de l’eau elle va nous envoyer un signal par le biais du satellite et nous allons commencer à recevoir des informations sur la direction de la tortue, sur ce qu’elle est en train de faire. On connaîtra mieux ces routes migratoires et les régions qu’elle va fréquenter pendant son voyage. »

Car on ne connaît qu’assez peu de choses sur ces tortues marines.

Marine Antonopoulou, EWS-WWF : « Les tortues sur lesquelles nous travaillons ici sont des tortues vertes. Elles sont associées avec un habitat composé d’un HERBIER MARIN. Un habitat très important pour les tortues mais aussi et pour la vie marine en général. Et ce que nous voulons faire en utilisant ces tortues marines c’est d’identifier ces zones importantes pour la bio diversité, des zones qui doivent être protégées. »

La température est capitale pour la reproduction des tortues. En fonction de celle-ci il y aura plus de mâles ou plus de femelles.

Nicolas J. Pilcher : « Ce qui est intéressant ce sont les projections climatiques. Ce que nous imaginions de l‘état de la planète dans les 50 ou 100 années à venir est en train de se passer dans le Golfe. Sous de nombreux aspects c’est comme un laboratoire grandeur nature pour étudier l’impact des changements climatiques sur les espèces marines. »

Les tortues vertes, sans doute les plus connues des tortues marines, sont classées comme espèces en voie de disparition sur la liste rouge de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature, l’UICN.

Prochain article