DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Venise : XVe Biennale d'architecture

Cult

Venise : XVe Biennale d'architecture

En partenariat avec

Quinzième édition à Venise de la Biennale d’architecture. Une édition placé sous le signe d’une architecture responsable. C’est la volonté de son directeur, le Chilien Alejandro Aravena, qui a voulu rapporter des nouvelles du front, puisque tel est le titre de cette édition.

Sur le pavillon australien le front s’apparente à une piscine… Une façon comme une autre d’explorer l’identité culturelle australienne.

Isabelle Toland, co-commissaire du pavillon australien : “C’est une biennale d’architecture et nous avons voulu créer une oeuvre architecture, une oeuvre publique, un espace où les gens peuvent venir et s’asseoir près d’une piscine et l’apprécier et l’information sur l’expo est volontairement très discrète vous pouvez engager un dialogue en lui donnant l’intensité que vous voulez.”

Une structure en béton dans le pavillon suisse, entre le glacier, une grotte et un nuage… Et cela se passe aussi à l’intérieur…

Sandra Oehry, commissaire du pavillon suisse : “Je crois et j’espère aussi que le fait d‘être ici à l’intérieur va vous donner une expérience plus riche. C’est assez photogénique mais ça légitime aussi le média de l’exposition en tant que tel parce que vous ne pouvez vivre entièrement cette expérience que si vous êtes ici et si que vous voyez l’exposition.”

Evidence Room, la salle des preuves, est une réplique, grandeur réelle de chambres à gaz et d’incinérateurs d’Auschwitz.

Anne Bordeleau, directrice Université d’architecture, de Waterloo : “C’est probablement un des moments les plus sombres de notre histoire . C’est un message aussi pas du style “souvenons nous de ce passé” mais plutôt “soyons responsable de ce passé” parce que c’est aussi ce que nous pouvons faire en temps qu‘être humain. Et si on n’a pas conscience de cela alors on pourra le reproduire à l’avenir…”

La biennale d’architecture de Venise se déroule jusqu’en novembre.

Prochain article