DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Euro 2016 : les tops et les flops du premier tour

the corner

Euro 2016 : les tops et les flops du premier tour

Publicité

Bienvenue dans Euro 2016. La phase de groupes s’est achevée mercredi soir et en attendant les huitièmes de finale qui débutent ce samedi, nous avons choisi nos “tops” des treize premiers jours de compétition à travers la France.

Bale et les Petits Poucets

L’une des stars du tournoi jusque-là, c’est Gareth Bale qui a marqué trois buts en trois matches, dont deux sur coup-franc. L’attaquant du Real Madrid et du Pays de Galles, insaisissable balle au pied, partage la tête du classement des buteurs avec l’Espagnol Alvaro Morata.

Gareth Bale est l’un des grands artisans du beau parcours des Dragons qui ont fini en tête du groupe B devant leurs voisins anglais et les Slovaques. Personne ne les attendait à pareille fête pour leur première participation à un championnat d’Europe des Nations.

Que dire alors du Petit Poucet islandais qui a tenu en échec le Portugal et la Hongrie avant d’arracher sa qualification face à l’Autriche ? Incroyable pour un pays qui ne compte que 23.000 licenciés et qui a emmené en France certains joueurs semi-professionnels.

Première apparition également à ce niveau de la compétition pour la Slovaquie et là aussi à la clé un billet pour les huitièmes de finale. Marek Hamsik, Martin Skrtel et leurs coéquipiers vont maintenant défier les Allemands, champions du monde en titre.

Sur les cinq nouveaux venus à l’Euro, quatre ont passé la phase de poules et seule l’Albanie est déjà éliminée. L’Irlande du Nord, elle, est toujours en lice grâce à sa victoire inattendue contre l’Ukraine, grâce aussi au soutien de ses formidables supporteurs.

Le zéro pointé de l’Ukraine, les adieux de Zlatan

S’il y a des tops remarquables, il y a aussi des flops retentissants. Voyons ensemble les grandes déceptions du premier tour de cet Euro 2016.

Pas une seule victoire pour la Russie qui termine à la dernière place du groupe B avec une équipe vieillissante et sans réel fond de jeu. Le pays organisateur de la Coupe du monde 2018 a surtout fait parler de lui en France pour le comportement de ses hooligans.

Pas de succès non plus pour l’Ukraine et – cas unique cette année – ni le moindre point, ni le moindre but au compteur. Les hommes de Mykhailo Fomenko, qui s‘étaient qualifiés pour la première fois après plusieurs barrages perdus, ont été les premiers éliminés.

Les résultats du Portugal laissent pour le moins perplexes. Cristiano Ronaldo et ses coéquipiers sont certes en huitièmes de finale, mais sans avoir réussi à battre l’Islande, l’Autriche et la Hongrie dans ce qui était présenté comme le groupe le plus faible du tournoi.

Les Suédois, eux, ont été éliminés sans gloire pour la fin de la carrière internationale de leur capitaine Zlatan Ibrahimovic. L’ex-attaquant du Paris Saint-Germain, qui se compare volontiers à un roi ou une légende, n’a pas inscrit le moindre but.

La qualité des maillots suisses – sept d’entre eux ont été déchirés face à la France – laisse à désirer. L‘équipementier a évoqué un défaut de fabrication quand le milieu de terrain de la Nati Xherdan Shaqiri a préféré ironiser. Heureusement, a-t-il dit, “qu’il ne fabrique pas de préservatifs”.

On parie ?

Maintenant, les plaisanteries sont terminées. Les matches à élimination directe commencent ce samedi avec les trois premiers huitièmes de finale. Sur quels scores vont-ils se terminer ? Nous allons vous le dire. Et si vous n‘êtes pas d’accord, envoyez-nous vos pronostics. Vous connaissez le hashtag par coeur : #TheCornerScores.

Suisse 2-1 Pologne
Pays de Galles 3-0 Irlande du Nord
Croatie 3-1 Portugal

Le but qui rend fou

Terminons cette émission avec la réaction hilarante d’un commentateur de la télévision islandaise à la 94e minute du match contre l’Autriche lors du but de Traustason qui a offert à son pays un billet pour les huitièmes de finale. Euro 2016 sera de retour ce vendredi soir avec l’interview d’un spécialiste du phénomène des hooligans.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article