DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Un Royaume désuni après le Brexit

monde

Un Royaume désuni après le Brexit

Publicité

Le Royaume-Uni a voté. Le Brexit est la nouvelle réalité avec laquelle l’Europe se réveille. Alors que le Pays-de-Galles et l’Angleterre ont largement voté en faveur de la sortie de l’Union européenne (UE), l’Ecosse et l’Irlande du Nord sont restés fermement ancrés en faveur du maintien dans l’UE.

L’Ecosse

Bien que militante résolue du maintien dans l’Union européenne, la Première ministre d’Ecosse, Nicola Sturgeon, avait prévenu avant les résultats que son pays défendrait ses propres intérêts si le camp du Brexit l’emportait.

“Je souhaite un vote pour le maintien, dans chaque partie du Royaume-Uni. J’espère que c’est ce que nous célébrerons vendredi, avait-elle déclaré avant le scrutin. Toutefois, notre programme pour les élections parlementaires en Ecosse le mois dernier a établi que si l’Ecosse faisait face au risque d‘être conduite hors de l’UE contre sa volonté – puisqu’elle aura voté pour le maintien – alors, bien sûr, le Parlement écossais devrait avoir le droit de proposer un deuxième référendum.”

Elle va à présent se tourner vers les principaux responsables du SNP, le Parti national écossais, pour décider de la marche à suivre. Appelleront-ils à un nouveau référendum sur la sécession du Royaume-Uni ? Ou préféreront-ils poser une simple option pour ce scénario ?

Patrick Harvie, co-dirigeant du Parti vert écossais, a suggéré que son parti pourrait soutenir l’idée d’un deuxième vote sur l’indépendance si Sturgeon décide d’y avoir recours.

“L’Ecosse doit se réserver la possibilité d’avoir recours à toutes les options pour se protéger de cette menace, a-t-il déclaré. Le Parlement écossais et le gouvernement doivent être représentés dans les négociations qui vont suivre. Un plan d’action transpartisan doit être recherché pour que nous puissions défendre nos droits comme citoyens européens.”

La Première ministre aura besoin des six votes des Verts pour obtenir au Parlement un vote en appelant à un autre référendum d’indépendance. Les Verts ont dit jusque là qu’ils ne soutiendraient l’idée d’un deuxième référendum qu‘à la condition qu’elle soit soutenue par un million d‘électeurs.

L’Irlande du Nord

Alors que la victoire du Brexit devenait de plus en plus probable, le parti républicain irlandais Sinn Fein a déclaré que le gouvernement britannique avait “perdu tout mandat pour représenter les intérêts économiques et politiques du peuple en Irlande du Nord.”

Le président national du Sinn Fein, Declan Kearney, a publié la déclaration suivante vendredi matin :

“Tout indique que le vote des Anglais contourne la volonté démocratique du peuple ici, en Irlande du Nord. Républicains et Unionistes, catholiques et protestants ont voté en faveur du maintien.”

Avant le référendum sur l’UE, le vice-Premier ministre d’Irlande du Nord Martin McGuinness, a appelé à la tenue d’un vote sur l’avenir du pays comme partie intégrante ou non du Royaume-Uni. Toutefois, tous les sondages suggèrent que les électeurs seraient hostiles à une sécession.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde