DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Israël et la Turquie vont normaliser leurs relations après six ans de brouille

monde

Israël et la Turquie vont normaliser leurs relations après six ans de brouille

Publicité

Les relations devraient reprendre entre Israël et la Turquie. Selon un responsable israélien, les deux pays vont enterrer la hâche de guerre, et ce sera annoncé officiellement ce lundi à la mi-journée.

Les ambassadeurs retourneront s’installer à Ankara et Tel Aviv. Les relations diplomatiques étaient presque rompues depuis 2010, depuis ce raid israélien contre un bateau humanitaire turc en route vers Gaza. L’assaut avait fait 10 morts parmi les militants turcs.
L’accord trouvé pour la reprise des relations prévoit notamment une indemnisation des familles des victimes par l’Etat hébreu.

Il dépasse les simples rapports bilatéraux puisqu’il est question aussi de la levée du blocus de Gaza.

Selon les analystes, la Turquie et Israël ont intérêt à se rapprocher, ayant perdu chacun de nombreux soutiens dans la région.

Rappel des faits

31 mai 2010: Des commandos israéliens mènent un assaut contre le Mavi Marmara, un navire affrété par une association humanitaire turque: neuf militants turcs sont tués dans l’attaque. Un dixième, blessé, décédera à l’issue d’un long coma. Le ferry fait partie d’une flottille internationale de six bateaux chargée d’aide humanitaire pour tenter de briser le blocus imposé par Israël à la bande de Gaza. L’opération déclenche la colère d’Ankara qui rappelle son ambassadeur en Israël puis réduit ses liens économiques et de défense avec Israël. – 2 sept 2011: La Turquie prend des mesures de rétorsion contre Israël, qui refuse de s’excuser, dont l’expulsion de l’ambassadeur israélien et la suspension des accords militaires entre les deux pays. La décision d’Ankara intervient au lendemain de la révélation par le quotidien New York Times d’un rapport de l’ONU, qui estime que la marine de guerre israélienne a eu recours à une force “excessive et déraisonnable”, mais reconnaît la légalité du blocus maritime de Gaza au regard du droit international. Le 19 septembre, Israël met fin à sa coopération policière avec la Turquie. – 6 nov 2012: Le procès de quatre anciens chefs de l’armée israélienne accusés d’avoir ordonné l’assaut débute à Istanbul en l’absence des accusés. Israël dénonce un “procès spectacle”. – 22 mars 2013: Sur l’insistance du président américain Barack Obama, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu présente ses excuses au chef du gouvernement turc Recep Tayyip Erdogan pour la mort de ressortissants turcs à bord de la flottille. Il s‘était jusque-là refusé à accomplir ce geste exigé depuis longtemps par Ankara. M. Erdogan a accepté ces excuses “au nom du peuple turc”, et les deux dirigeants “sont convenus de la conclusion d’un accord pour une indemnisation” des familles des victimes, selon un communiqué de ses services. Un mois plus tard, les deux pays engagent des discussions sur l’indemnisation. Outre des excuses publiques pour l’assaut et des indemnisations financières pour les victimes, Ankara exige pour une normalisation des relations la levée du blocus de Gaza, contrôlée par le mouvement islamiste Hamas. – 15 juil 2014: M. Erdogan accuse Israël de “terrorisme d’Etat” pour les bombardements de la bande de Gaza. Deux jours plus tard, il qualifie les frappes israéliennes de “tentative de génocide systématique” des Palestiniens. – 15 jan 2015: Le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu compare Benjamin Netanyahu aux “terroristes” islamistes qui ont fait 17 morts à Paris. Deux jours après une première attaque du président Erdogan, il saisit le prétexte des attentats qui ont visé l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, des policiers et des clients juifs d’une supérette casher pour s’en prendre au Premier ministre israélien. – 2 juin 2016: Un ministre israélien proche de Benjamin Netanyahu assure que quasiment toutes les questions en suspens avec la Turquie sont réglées pour une réconciliation entre les deux pays. – 26 juin 2016: Israël et la Turquie ont trouvé un accord dimanche pour normaliser leurs relations, selon un responsable israélien

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article