DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Soudan du Sud : le cessez-le-feu respecté à Juba

monde

Soudan du Sud : le cessez-le-feu respecté à Juba

Publicité

A Juba, la capitale du Soudan du Sud, le cessez-le-feu annoncé lundi par le président Salva Kiir et son rival Riek Machar est, pour l’heure, respecté.

Depuis vendredi, la ville était le théâtre de combats meurtriers entre les forces fidèles au président, et d’ex-rebelles du vice-président Riek Machar.

La trêve reste donc fragile.

“Je déclare aujourd’hui que les forces sous mes ordres ne combattent pas les forces gouvernementales : elles ne vont pas affronter le gouvernement, pour que le peuple du Soudan du Sud puissent avoir la paix. Nous ne voulons pas continuer cette guerre qui n’a pas de sens”, déclare le général Dau Aturjong, fidèle au vice-président Riek Machar.

L’ONU et les ONG sont très inquiètes à propos de la situation humanitaire à Juba. Les combats y ont fait au moins 300 morts.

“Les premières estimations indiquent qu’au moins 36 000 personnes ont fui les combats et recherchent un abri dans les sites de l’UNMISS dédiés à la protection des civils et dans de nombreux autres endroits de la ville. La plupart des personnes touchées sont des femmes et des enfants. On ne peut pas atteindre les personnes dans le besoin à cause des combats en cours et de l’insécurité”, alerte Alessandra Vellucci, porte-parole de l’ONU.

Les Japonais, qui représentent plus de la moitié des expatriés présents dans le pays, sont en cours d‘évacuation.

Le Soudan du Sud, indépendant depuis tout juste cinq ans, est déchiré depuis décembre 2013 par une guerre civile.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article