DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Speed : Hamilton prend les commandes

speed

Speed : Hamilton prend les commandes

Publicité

Bonjour et bienvenue dans Speed. La course au titre en Formule 1 a rarement été aussi serrée qu’après la victoire en Grande-Bretagne de Lewis Hamilton. Il est revenu à un point de son coéquipier chez Mercedes, Nico Rosberg, avant d’en découdre sur le circuit du Hungaroring. Voyons si la course a répondu aux attentes.

Rosberg se fait “croquer” par Hamilton

La course n’a pas été enthousiasmante, mais son issue a été satisfaisante pour Lewis Hamilton qui a décroché en Hongrie sa troisième victoire d’affilée, sa cinquième cette saison et la 48e de sa carrière. Dès les premiers mètres, il grille la politesse à Nico Rosberg, l’auteur de la pole position, qui est aussi, mais pas pour longtemps, relégué derrière Daniel Ricciardo.

L‘écart entre les deux Flèches d’Argent n’excède jamais deux secondes, mais les positions restent figées jusqu‘à l’arrivée. Les places d’honneur reviennent aux Red Bull et aux Ferrari avec dans l’ordre Ricciardo, Vettel, Verstappen et Räikkönen.

Ce résultat permet à Hamilton de prendre les commandes du championnat – pour la première fois en 2016 – avec six points d’avance sur Rosberg avant le Grand Prix d’Allemagne prévu dimanche prochain.

La remontée fantastique de Nigel Mansell

Le circuit du Hungaroring a été le théâtre de quelques courses incroyables comme en 1989 quand Nigel Mansell est passé de la douzième place sur la grille de départ à la première sous le drapeau à damiers. Les fans de Formule 1 s’en souviennent tous.

Pénalisé par les pneus de sa Ferrari lors des qualifications, “Big Nigel” ne s‘élance qu’en sixième ligne, loin, très loin de Ricardo Patrese. Mais le Britannique entame tout de suite sa remontée et boucle le premier tour en huitième position. Il multiplie ensuite les dépassements, notamment sur Alain Prost, et se retrouve troisième à la mi-course. Puis deuxième quand le malheureux Ricardo Patrese doit abandonner, victime d’un problème mécanique.

S’en suit alors une passe d’armes mémorable avec Ayrton Senna, gêné par la monoplace de Stefan Johanson. Au prix d’un brusque coup de volant, Mansell trouve l’ouverture pour passer en tête au 58e des 77 tours et s’envoler vers la quinzième victoire de sa carrière. Il franchit la ligne d’arrivée avec 25 secondes d’avance sur Senna, tandis que Prost, finalement quatrième derrière Thierry Boutsen, décrochera le titre mondial en fin de saison.

C’est tout pour aujourd’hui et rendez-vous dimanche prochain pour un nouveau numéro de Speed avec en vedette le rallye de Finlande. A bientôt.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article