DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Harcèlement sexuel en Europe : qui sont les femmes les plus concernées ?

insiders

Harcèlement sexuel en Europe : qui sont les femmes les plus concernées ?

Publicité

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Sophie Claudet : Dans votre étude publiée en 2014, on voit qu’une femme sur deux a déjà été harcelée sexuellement dans l’Union européenne et que la Suède et le Danemark arrivent en haut de la liste avec 80 et 81 % de femmes qui disent avoir déjà été harcelées sexuellement. C’est assez contradictoire avec l’image que nous avons des pays Scandinaves en avance sur l‘égalité entre les sexes…

Joanna Goodey : Quand vous regardez l‘égalité homme/femme, là où les niveaux de parité sont les plus hauts, on voit que les femmes dénoncent plus facilement certains comportements inadmissibles. Quand la parité est installée depuis des dizaines d’années dans certains pays, les femmes sont plus enclines à parler de leur vécu, elles disent plus facilement que certains comportements sont inacceptables et elles sont plus disposées à parler de ça à un enquêteur pour une étude. Dans d’autres pays, le harcèlement sexuel est toujours perçu comme une affaire privée.
Quand on regarde les données, on voit par exemple que dans les pays du Sud et du Sud-Est de l’Europe, les femmes sont souvent moins disposées à parler de leurs expériences de violence conjugale à leur famille, à leurs connaissances, à leurs amis; alors que dans les pays Scandinaves on parle plus facilement de ces sujets, ce n’est pas quelque chose que l’on cache. C’est pour cela que les femmes de notre enquête sont plus disposées à dire “oui cela m’est arrivé et c’est inadmissible”.

SC : Toujours selon votre étude, plus la femme est éduquée et fait carrière, plus elle est susceptible d‘être harcelée sexuellement. Pourquoi ?

JG: Quand les femmes évoluent professionnellement, elles travaillent peut-être davantage dans des métiers dominés par les hommes. Par exemple, si vous êtes dans le milieu des affaires ou de la finance, ou que vous dirigez une entreprise, vous êtes sur des postes généralement occupés par des hommes. Elle travaille aussi dans un milieu plus masculin donc il y a plus de risques de violence. Quand les femmes travaillent dans des secteurs à forte concentration de femmes, les métiers paramédicaux par exemple ou auprès des enfants, qui sont des secteurs où les femmes sont majoritaires, elle sont moins exposées au risque de harcèlement sexuel, et dans ces milieux-là, elles ne prennent la place d’aucun homme.

Plus les femmes sont éduquées, plus elles sont conscientes que certains comportements sont inadmissibles. Et moins elles sont prêtes, si vous voulez, à supporter certaines attitudes.

SC: Comment arrêter ou réduire le harcèlement sexuel ?

JG: Des lois existent depuis plusieurs années sur la parité et traitent aussi du harcèlement sexuel. Mais le problème, c’est que si vous avez une loi, il faut l’appliquer, il faut que les gens soient au courant.
Il y a aussi une nouvelle convention du Conseil de l’Europe, appelée la Convention d’Istanbul et qui reconnaît le harcèlement sexuel. Plusieurs pays de l’UE ont ratifié, ont signé cette convention sur le harcèlement sexuel, mais il faut aussi édiquer les gens à ce sujet.
L‘éducation vise évidemment les garçons, les filles, les hommes et les femmes, le patronnat, beaucoup d’acteurs doivent être impliqués pour faire que la législation en place soit appliquée.

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article