DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Critiqué, le CIO défend sa décision sur le dossier russe

Sport

Critiqué, le CIO défend sa décision sur le dossier russe

Publicité

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Accusé d’avoir manqué de fermeté en n’interdisant pas le comité olympique russe de Jeux olympiques, le président du Comité international olympique (CIO) Thomas Bach a défendu ce dimanche la présence des athlètes russes à Rio.

Le rapport Mc Laren sur le système de “dopage d‘État” en Russie a été publié à moins de vingt jours des jeux de Rio, ce qui a placé selon lui le CIO dans une situation difficile. Le CIO “n’est pas responsable du timing de la publication du rapport McLaren”, a expliqué Thomas Bach. La haute instance olympique n’exclut pas pas de prendre de nouvelles mesures une fois le rapport finalisé, après les Jeux :

“Nous devons maintenant décider le rôle qu’a joué ce système auprès de chaque individu, et jusqu’où on peut aller, quand il s’agit de punir un individu pour les erreurs et les manipulations de son gouvernement”, a expliqué Thomas Bach.

Quelques jours après la publication du rapport, le CIO a laissé aux fédérations sportives internationales le soin d’exclure les athlètes russes qui ne répondent pas à une série de critères, comme ne jamais avoir été dopé et ne pas avoir échappé aux tests internationaux.

L’Agence Mondiale Antidopage (AMA), qui a commandé ce rapport indépendant, ainsi que plusieurs agences nationales de lutte contre le dopage demandaient l’exclusion pure et simple de la Russie. Elles ont affiché publiquement leur déception après la décision du CIO. Certains demandent aujourd’hui la démission de Thomas Bach.

Sur les 387 Russes qualifiés pour les Jeux de Rio, près de 250 devraient disputer les épreuves d’après un dernier décompte. La plupart des athlètes sont déjà arrivés à Rio de Janeiro. A une semaine de la cérémonie d’ouverture, le CIO a fait savoir qu’une commission interne aurait le dernier mot sur la liste rendue par les fédérations internationales.

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article