DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Kidnapping au Brésil : la belle-mère du patron de la F1 libérée

monde

Kidnapping au Brésil : la belle-mère du patron de la F1 libérée

Publicité

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Kidnappée il y a huit jours, la belle-mère du patron de la Formule 1 Bernie Ecclestone a retrouvé la liberté.

Cette Brésilienne de 67 ans, Aparecida Schunck Flosi Palmeira, avait été enlevée chez elle, puis retenue en otage près de Sao Paulo. Ses ravisseurs réclamaient une rançon de 36 millions de dollars.

Les délinquants ne doivent s’en prendre à personne d’autre à Sao Paulo car ils seront arrêtés !“, a-t-elle déclaré, très émue, alors qu’elle était escortée vers un commissariat de Sao Paulo où elle a retrouvé ses proches.

La police a pu la libérer ce dimanche et a indiqué avoir arrêté deux hommes sur les lieux. Un troisième suspect a été interpellé ce lundi et pourrait avoir eu des liens avec le patron de la F1, car il travaillait notamment pour le Grand Prix du Brésil, au sein d’une compagnie de sécurité aérienne.

Les kidnappeurs avaient pris pour cible la mère de Fabiana Flosi, 38 ans, épouse du milliardaire Bernie Ecclestone depuis quatre ans. L’homme d’affaires de 85 ans est à la tête d’une fortune de plus de 3 milliards de dollards. Selon les médias locaux, aucune rançon n’a été versée dans ce cas, mais les autorités n’ont pour le moment pas confirmé l’information.

Moins fréquents ces dernières années, les enlèvements contre rançon étaient monnaie courante au Brésil à la fin des années 90 et au début des années 2000. Les personnes visées étaient souvent des proches de footballeurs, comme la mère de Robinho en 2004. Un autre cas fut celui du père de Romario en 1994, libéré après le paiement d’une rançon. La soeur du footballeur Hulk avait également été enlevée 24 heures en 2012 dans le Nordeste.

avec AFP, Folha de S.Paulo

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article