DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Syrie, Yémen... : l'indispensable aide humanitaire

monde

Syrie, Yémen... : l'indispensable aide humanitaire

Publicité

Il y a tout juste seize ans, le 19 août 2003, un attentat contre le bureau des Nations Unies à Bagdad faisait 22 morts. Cinq ans plus tard, l’ONU faisait de ce 19 août la Journée mondiale de l’aide humanitaire pour rendre hommage à tous ceux dans le monde qui aident les hommes, victimes de catastrophes ou de guerres.

Alep, ville martyrisée

Ce 19 août prend tout son sens aujourd’hui avec la multiplication des conflits et des drames humanitaires, notamment à Alep, devenue l‘épicentre de la guerre syrienne. Conséquence des bombardements et de la destruction des infrastructures, deux millions de personnes n’ont plus accès aujourd’hui à l’eau potable dans la deuxième ville du pays.

Face à la détérioration de la situation humanitaire, l’envoyé spécial des Nations Unies pour la Syrie a exigé des parties en conflit une trêve de 48 heures : “En raison de l’absence d’une pause dans les combats, aucune aide humanitaire n’est acheminée en ce moment en Syrie, à l’exception de Deir ez-zor. Alep, l’est d’Alep, est toujours assiégé. Et l’ouest d’Alep est menacé d‘être assiégé”, a souligné Staffan De Mistura.

Sous la pression des Nations Unies, la Russie a proposé l’instauration d’une trêve hebdomadaire de 48 heures pour permettre d’acheminer de l’aide à la population d’Alep. Une pause qui pourrait débuter dès la semaine prochaine.

L’ONU se “félicite” de l’initiative russe et indique que son équipe humanitaire est “maintenant prête à se mobiliser pour répondre à ce défi”.

Yémen : des hôpitaux de MSF ciblés

Autre pays, autre drame humanitaire : le Yémen. Lundi, un raid aérien contre un hôpital de Médecins sans frontières faisait 19 morts et une vingtaine de blessés. En conséquence, l’ONG a évacué son personnel de six établissements hospitaliers. MSF assure qu’il s’agit d’une mesure temporaire :

“Je veux insister sur le fait que ces hôpitaux vont probablement continuer à fournir une assistance aux patients et aux populations dans ces endroits. La situation au Yémen est extrêmement grave aujourd’hui, et il y a énormément de besoins sur le terrain. Nous espérons que toutes les parties impliquées dans le confit vont respecter ces hôpitaux’‘, souligne Raquel Ayora, directrice des opérations à MSF.

Selon l’ONG, c’est la quatrième fois en moins d’un an qu’un hôpital de Médecins sans frontières est touché par un bombardement.

Le Yémen, la Syrie… Deux pays frappés de plein fouet par les crises humanitaires. Mais bien d’autres régions dans le monde sont touchées.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article