DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Imprimer du tissu avec des... plaques d'égout

Cult

Imprimer du tissu avec des... plaques d'égout

En partenariat avec

Transformer des plaques d‘égout en plaque d’imprimerie. Cela se passe dans les rues de Berlin. Un collectif d’artistes connus sous le nom de Raubdruckerin. réalise des transfers sur des tshirts et autres pièces de tissu en partant de ces plaques
Emma France travaille avec ce collectif : “Le fait est que je n’ai pas dessiné ces imprimés. Je les ai juste installé dans un nouveau contexte. Ils viennent de la rue, des surfaces cimentées, de grilles, de plaques. Je réalise des transfers vers des tshirts et d’autres choses en leur donnant un nouvelle vie. C’est la raison pour laquelle ils s’appellent des contrefaçons parce qu’ils viennent de ces plaques de bouches d‘égout.”

Démonstration avec des encres qui sont bien évidemment biodégradables tout comme d’ailleurs les tissus utilisés.

Serait-on en train d’assister à un nouveau mode d’expression urbain ? La question a été posée à un journaliste d’un magazine de mode Marcel Schlutt :
“Utiliser vraiment la ville ou ce qu’offre la ville c’est beaucoup plus urbain que des graffitis, parce que je marche tous les jours dans la rue comme des milliers de personnes et quand elle se sert du mobilier urbain pour peindre, c’est quelque chose qui est vraiment utilisé. C’est un morceau de la ville, c’est différent, c’est beaucoup plus urbain.”

France Raff vend ses créations sur internet mais aussi dans un petit magasins au centre de Berlin Est (là où se trouvent les touristes).

Et dès que le temps le permet l’artiste parcourt la capitale allemande à la recherche de nouveaux supports.

Prochain article