DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Hollande ou comment ne pas renoncer à l'idée de la France face aux terroristes

monde

Hollande ou comment ne pas renoncer à l'idée de la France face aux terroristes

Publicité

La démocratie face au terrorisme, le discours de François Hollande était attendu aujourd’hui. Et comme on le pressentait, il a tenu un discours fort, un discours de chef d’Etat, au-dessus des querelles politiques.

A huit mois du scrutin présidentiel, c’est la posture que le président français, à la cote de popularité déplorable, voulait défendre :

Cette guerre, elle est d’un nouveau genre. Aux démocraties, elle lance un défi planétaire. Et c’est la raison pour laquelle la France s’est engagée au loin, comme ici. En se battant en pays étrangers, nos armées nous défendent parce que c’est la même menace, parce que ce sont les mêmes meurtriers que nous devons affronter au Mali, en Syrie, en Irak et chez nous.

Défendre, donc d’abord le bilan sur la scène internationale. Il veut montrer que la France est un pays fort, en guerre. Une guerre qu’elle compte gagner, sans faiblir, mais sans mentir aussi, et sans renoncer à ce qu’elle est :

En même temps qu’avec le gouvernement de Manuel Valls, je fais tout pour protéger les français, je leur dois aussi la vérité. La menace, elle est là, et elle va durer. Nous devons donc assurer la sécurité sans jamais renoncer à vivre comme nous le voulons, comme nous l’entendons, car c’est là l’essentiel. Les terroristes ne nous lancent pas non pas un défi, mais deux : les vaincre et rester nous-mêmes.

Après un été marqué par l’attaque de Nice, puis la polémique sur le burkini, sur laquelle il est resté prudent jusqu’alors, Hollande a donné sa conception de la laïcité et de sa compatibilité avec l’Islam.
L’Islam devra s’adapter aux lois de la République, “comme l’ont fait avant lui le catholicisme, les religions réformées, et le judaïsme”.

L’Islam peut-il s’accomoder de la laïcité ? Ma réponse est oui, clairement oui. Rien dans la laïcité ne s’oppose à la pratique de l’Islam en France, pourvu, et ça c’est le point essentiel, qu’il se conforme à la loi. Ce qu’il nous faut réussir, c’est la construction d’un Islam de France.

Plus précisément sur la question du burkini, il a déclaré : “il n’y aura pas de législation de circonstance aussi inapplicable qu’inconstitutionnelle”, renvoyant dans ses cordes une partie de la droite et de l’extrême droite qui réclame une loi l’interdisant.

François Hollande a une idée de la France, un projet. Le sien est désormais clair : vaincre le terrorisme, mais ne renoncer à rien de ce qui fait la France. L’Etat de droit est son choix, dit-il, et non l’Etat d’exception. Au passage, sans jamais se déclarer clairement, il a égratigné tous ses rivaux, de droite et d’extrême droite.

Notre identité, c’est notre histoire, notre culture, nos valeurs, notre mode de vie. Elle n’est pas figée dans le temps, elle n’est pas une photographie, immobile. L’identité, elle est en perpétuel mouvement. C’est pour ça que la France est bien plus qu’une identité : c’est une idée.
Le danger serait que, face à l‘épreuve, la France doute d’elle-même, qu’elle s’arrête, se rétracte, se replie, se renferme.

Ce discours s’est tenu ce jeudi 8 septembre, salle Wagram à Paris dans le 17e arrondissement. Il était organisé par la fondation Jean-Jaurès et le think tank Terra Nova.


Voici des extraits du discours sélectionnés pour nous par l’agence de presse Reuters :

Et pour l’intégralité du discours, il a été diffusé par nos collègues de Franceinfo :

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article