DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Madagascar séduit les géants du secteur minier.

target

Madagascar séduit les géants du secteur minier.

Publicité

Nouvel épisode de Target Madagascar! Cette semaine, direction Fort-Dauphin, dans le sud-est du pays, à la découverte d’un impressionnant site minier de 2800 hectares.

Jean-Pascal Valiarimanana, géologue, nous présente cette exploitation gérée depuis sept ans par un géant international du secteur, qui représente un investissement de près de 800 millions de dollars.

“Ici, on produit de l’ilménite. L’ilménite, c’est un minerais de titane. Et le titane sert à produire du pigment blanc, pour les peintures, par exemple pour les peintures de papier… Et aussi à produire du titanium métal, qui est utilisé dans l’industrie aéronautique.”

300 000 tonnes d’ilménite sortent chaque année de cette usine hyper-productive.
Mais la mise en place de ce projet, partenariat entre un industriel privé, Rio Tinto/QMM, l’Etat et la région de Fort-Dauphin, a aussi complètement modifié le paysage économique local.

Pour Ny Fanja Rakotomalala, Président de QMM, l’exploitation du site s’accompagne de nombreuses actions au niveau local:
“Par exemple, nous intervenons sur la sécurité publique, l‘éducation, la santé, la formation professionnelle, la promotion des petites et moyennes entreprises pour assurer que le contenu local du projet soit maximisé.”

350 nouvelles entreprises ont été créées dans la région. La mine emploie 1400 personnes, une nouvelle route et un port flambant neuf qui accueille aussi des bateaux de croisière, ont été construits.

Ce projet, c’est aussi une manière totalement inédite de concevoir une exploitation minière, avec ici, au coeur du site, 230 hectares de forêt totalement protégée et cette pépinière qui permet une réhabilitation, une restauration progressive de l’ensemble du site.

Un engagement environnemental fort et indispensable pour mener de tels projets à Madagascar.
Le secteur minier est considéré comme l’un des leviers majeurs du développement du pays. Le succès de Fort-Dauphin a d’ailleurs été suivi par un autre méga-projet, de nickel et de cobalt, dix fois plus important en termes d’investissements.

“Nous avons de la bauxite avec une réserve de 100 millions de tonnes. Il y a du fer aussi dont les réserves sont estimées à 600 millions de tonnes. Toutes ces réserves sont des réserves prouvées.”, détaille Ying Vah Zafilahy, Ministre des Mines et du Pétrole.

Sans parler de l’or, des pierres précieuses ou encore de l’uranium !
Reste maintenant à améliorer le climat des affaires.

“Nous sommes en concurrence avec plusieurs pays en Afrique, en Asie et ailleurs, prévient Ny Fanja Rakotomalala. Donc, nous devons avoir un cadre compétitif permettant d’attirer des investisseurs que je qualifierais de sérieux et qui veulent vraiment travailler sur le long terme.”

Et c’est justement l’idée. Le Gouvernement devrait mettre très bientôt en place de nouvelles règles du jeu, un nouveau code minier très intéressant, d’un point de vue fiscal et financier.

“Il ne faut pas confondre vitesse et précipitation, tempère Ying Vah Zafilahy. Il faut avoir toutes les suggestions pour que ce code minier puisse non seulement apporter sa contribution au développement du pays. Et pour que ce code minier puisse durer aussi longtemps que possible. “

L’objectif est triple : attirer les investisseurs, que les investissements profitent vraiment au développement du pays, sans oublier le respect de l’environnement.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article