DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Nikos Aliagas : "la photo ne juge personne"

Cult

Nikos Aliagas : "la photo ne juge personne"

En partenariat avec

Figure incontournable de la télévision francophone, Nikos Aliagas a plusieurs visages. Né à Paris de parents grecs, le journaliste, animateur et chanteur est aussi un photographe passionné, qui a gardé les pied sur terre.

Euronews a découvert ses photos personnelles à l’occasion d’une exposition à Lyon. Des gens ordinaires que la célébrité a croisés pendant ses voyages. L’exposition s’appelle L‘épreuve du temps, “parce qu’on est tous logés a la même enseigne, parce que personne ne se peut se battre contre le temps. Mais il y a un temps beaucoup plus secret, beaucoup plus spirituel et un peu philosophique : c’est le kairos. C’est ce temps personnel de chacun je voulais photographier. Je cherche leur dignité, leur singularité, leur force” témoigne Nikos Aliagas.

“Prendre une photographie c est une signature, c’est une responsabilité. Sortir l’appareil c est déjà un acte violent, quand tu sors un appareil devant quelqu’un, d’abord il faut demander une autorisation, c’est la moindre des choses, il ne faut pas le prendre de loin avec un zoom. Je travaille avec des focales courtes , 50mm, donc je suis dans un dialogue avec l’autre, je discute, j’essaie de comprendre sa vie et si je sens quelque chose qui me touche – parce que c’est que de l’instinct – je demande: est-ce-que je peux prendre une photo? Ce qui m’intéresse, c’est ce qu’il ne peut pas me dire avec des mots, essayer de le retranscrire de courbe et de lumière” révèle le photographe.

Des clichés de mains sont miss en vedette au fil de l’exposition. Vous reconnaîtrez peut-être celles de Gerard Depardieu et Joey Starr. “J’adore photographier les mains. Tu peux changer ton visage , faire la chirurgie esthétique, mettre du maquillage comme je le fais à la télé, tu peux aspirer à être plus jeune, mais tes mains tu ne peux pas les changer. Les mains sont les mêmes et les mains portent le temps, elles portes souvent ce que tu ne dis pas” affirme la célébrité du petit écran qui a consacré cette semaine à Paris une exposition à ses clichés de mains .

“Je ne fais pas beaucoup de photos. Je m’approche d’eux et si la connexion se passe, je m’autorise à prendre une photo et la photo elle ne juge pas. L’homme juge, l‘être humain jauge. La photo peut nous survivre mais elle ne juge personne, elle renvoie à notre conscience”.

“L‘épreuve du temps”, une exposition de Nikos Aliagas à retrouver à la Photo Docks Art Fair dans le quartier Confluence de Lyon, jusqu’au 9 octobre.

#Etoliko #StathisMagdalinos stathismagdalinos dans mon objectif Son humilité et sa patience étaient stupéfiantes, il parlait à l’animal avec justesse et sincérité. J’imaginais toutes ces journées passées à le nourrir, le nettoyer, le panser et l’accompagner dans les oliveraies d’Etolie au petit matin. J’ai photographié Stathis, un visage sans artifices, un regard sans mensonge. Stathis est un cavalier chevronné, ses mains, ils les mêle au fumier depuis sa tendre enfance, mais ces mains là je les respecte plus que tout. "Le critère du bon cavalier: c&#39;est celui qu&#39;on oublie de regarder pour regarder le cheval"Nuno Oliveira</a></p> <p style=" color:#c9c8cd; font-family:Arial,sans-serif; font-size:14px; line-height:17px; margin-bottom:0; margin-top:8px; overflow:hidden; padding:8px 0 7px; text-align:center; text-overflow:ellipsis; white-space:nowrap;">A photo posted by nikos aliagas (nikosaliagas) on

Prochain article