DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Sommet européen : Syrie, Russie, Brexit, libre-échange avec le Canada


Belgique

Sommet européen : Syrie, Russie, Brexit, libre-échange avec le Canada

Les dirigeants européens sont réunis à Bruxelles.
Un sommet durant lequel de nombreux sujets sont à l’ordre du jour : – la question de l’arrivée des réfugiés – le dossier du Brexit, le sujet a été évoqué devant la chef du gouvernement britannique, Theresa May, qui assiste là à son premier sommet européen. – la situation en Syrie, et notamment dans la ville d’Alep.

Critiques contre l’attitude de Moscou

L’attitude de Moscou, pas seulement dans la crise syrienne, suscite des critiques de la part de Bruxelles.

Les dirigeants ont mis en évidence ce que fait la Russie, que ce soit la violation des espaces aériens, les campagnes de désinformation, les cyber-attaques, l’interférence dans les décisions politiques en Europe, et cela va même plus loin, si on considère l’attitude russe dans les Balkans ou encore ce qu’a révélé l’enquête sur le crash du vol MH17. Au regard de tout cela, il est clair que la Russie cherche à affaiblir l’Union européenne.
Donald Tusk, président du Conseil européen

Les dirigeants européens ont instauré il y a plus de 2 ans, des sanctions contre la Russie suite à l’annexion de la Crimée et le rôle de Moscou dans l’instabilité dans l’est de l’Ukraine.
Pour l’heure, c’est le statu-quo qui prévaut.

A mes yeux, de nouvelles sanctions ne sont pas à l’ordre du jour. Pour cela, il faudrait que ça se décide à l’unanimité. La levée des sanctions n’est pas, non plus, d’actualité. Et pour moi, c’est logique : tant que les accords de Minsk ne seront pas totalement appliqués, nous ne devrons pas lever les sanctions.
Martin Schulz, président du Parlement européen

accord de libre-échange avec le Canada

Enfin, parmi les sujets évoqués lors des rencontres bilatérales ou multilatérales, l’accord de libre-échange que le Canada veut signer avec l’Union européenne.
Plusieurs Etats-membres sont critiques par rapport à ce projet d’accord, notamment la Belgique, et plus précisément la région de Wallonie, qui estime avoir beaucoup à perdre avec un tel accord.

Des discussions se sont poursuivies une bonne partie de la nuit.

D’après plusieurs médias, les Etats-membres seraient prêts à donner de nouvelles garanties à la Wallonie pour que cette région accepte l’accord commercial entre l’Europe et le Canada. Les discussions se tiennent au niveau des diplomates. S’il y a accord, alors il sera approuvé par les chefs d’Etat et de gouvernement ce vendredi.
Sandor Zsiros, correspondant d’euronews à Bruxelles

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

L'armée irakienne et les combattants kurdes grignotent du terrain vers Mossoul