DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Les vins moldaves à la conquête de l'ouest


économie

Les vins moldaves à la conquête de l'ouest

ALL VIEWS

Touchez pour voir

La Moldavie est en train de s’imposer sur la carte des vins européens. L’aboutissement d’un effort collectif décidé en 2013, quand la Russie, premier marché des vins moldaves, a sanctionné l’accord d’association du pays avec l’Union européenne par un embargo sur les produits viticoles. En réaction, Bruxelles avait ouvert son marché sans restriction aux vins moldaves en janvier 2014.

Aujourd’hui, le secteur réalise 70% de ses ventes dans l’Union.

Victor Bostan dirige le domaine viticole de Purcari. Il explique commentles producteurs se sont organisés pour se faire connaître en occident. “Chacun de nous a sa façon de faire,“ dit-il, “_ mais nous travaillons ensemble, nous avons créé l’office national des vins et des vignobles, tous les producteurs moldaves de vin en font partie et nous travaillons ensemble sur un plan stratégique visant à promouvoir nos vins._”

Une initiative qui leur a ouvert les portes de la Roumanie voisine jusqu’aux pays baltes. Leurs vins sont aujourd’hui appréciés en Allemagne, en Norvège, et même à la table de la reine d’Angleterre.

Le célèbre oenologue italien, Federico Giotto, n’y voit rien de surprenant. “C’est un territoire qui peut s’exprimer bien plus encore et le fait qu’ils aient reçu tant de médailles et de prix est un premier pas parce que ces vins ne font pas impression uniquement sur le marché local, mais dans le monde entier,“ assure-t-il.

Purcari s’est aussi fait un nom avec sa cuvée Liberté, assemblage de cépages moldaves, géorgiens et ukrainiens. Un symbole de résistance pour les trois anciennes républiques soviétiques aujourd’hui en conflit avec leur voisin russe.

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

économie

Présidentielle US : quel avenir pour les traités commerciaux ?