DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

COP22 : le Maroc veut donner la priorité à l'agriculture africaine


COP22

COP22 : le Maroc veut donner la priorité à l'agriculture africaine

En partenariat avec

Le Maroc a pris le relais de la France pour lancer l’initiative “Triple A” visant à l’Adaptation de l’agriculture africaine aux défis du changement climatique. Le pays organisateur de la 22ème conférence sur le climat est confronté aux mêmes difficultés que les autres nations du continent africain et il a commencé à adapter son propre secteur agricole.

L’agriculture fait aujourd’hui travailler 60% de la population africaine. Un secteur qui a aussi un impact sur l’environnement.
Partant de ce constat, le Maroc a lancé l’initiative Triple A à l’occasion de cette conférence sur le climat, pour changer les pratiques pour faire face aux défis du changement climatique comme le pays a d’ailleurs commencé à le faire lui-même, par exemple dans la région de Souss Massa Draa dans le sud du Maroc.

“S’appuyer sur nos acquis”

“Nous avons beaucoup d’acquis et ces acquis ont donné dans la pratique, de très bons résultats pour notre agriculture, indique Bro Hro, directeur régional de l’agriculture. C’est l’occasion que ces résultats et ces expériences soient au service des autres pays amis africains, insiste-t-il avant d’ajouter : On ne peut pas aller vers l’avant sans économiser l’eau, sans le côté enviromental, sans la formation du personnel et je crois que cela répond aux objectifs du Triple A."

Dans le cadre du plan “Maroc vert”, l’agriculture marocaine évolue depuis quelques années, même dans la culture sous serre de tomates. A Taroudant, dans un site de production hors-sol, on utilise du sable plutôt que de la laine de verre pour remplacer la terre afin de mieux garder la chaleur.

“Notre entreprise est une société agricole qui exporte 30.000 tonnes de tomates cerises, explique Najat El Karz, directrice des opérations chez Duroc. Tous les domaines sont équipés d’un système hors-sol, c’est une société modèle dans la région et dans tout le Maroc pour sa gestion de l’eau,” affirme-t-elle.

Environnement et culture d’agrumes

Autre produit-phare des exportations marocaines : les agrumes. Cette production qui nécessite des conditions climatiques favorables et un sol riche intègre désormais une préoccupation environnementale d’après le directeur de la société Pack Souss.

“Historiquement, le Maroc est un producteur d’oranges depuis 1920, raconte Khalid Bounajma. Mais cette production est passée par plusieurs phases et maintenant la phase qui arrive – après le plan “Maroc vert” -, c’est une phase d’accélération qui a pour but, la stabilisation de la population par des emplois directs et indirects au niveau des vergers, mais aussi l’adaptation aux nouveaux changements climatiques,” dit-il.

Pour de nombreux observateurs, l’agriculture et l’Afrique étaient les grandes oubliées des précédentes COP. Le Royaume veut réparer cela lors de sa conférence.

La COP22 se veut le trait d’union entre décision et action. Cet évènement que certains appellent “la conférence de l’action” a pour objectif de définir les différents mécanismes pour la mise en œuvre des accords de la COP21.

Prochain article

COP22

Les oasis du Maroc, des sources de vie à préserver