DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La future administration Trump sent le conflit d’intérêt...à plein nez !


monde

La future administration Trump sent le conflit d’intérêt...à plein nez !

Donald Trump n’a pas le choix. Le milliardaire devenu président des Etats-Unis n’a aucune expérience politique, alors pour constituer son équipe gouvernementale, il va devoir puiser dans son carnet d’adresses d’amis républicains de l’aile la plus conservatrice, en grande partie de sa génération (il a 70 ans), et d’amis hommes d’affaires, certains milliardaires comme lui.
Avec ces derniers, comment ne pas tomber dans le conflit d’intérêt à chaque pas ? Ils sont PDG dans les secteurs de la banque, de la sidérurgie, de l’industrie pétrolière et gazière…

Trump le premier aura bien du mal à s’asseoir en même temps dans le fauteuil de la Maison Blanche et dans celui du grand patron d’un empire d’hôtels, d’immeubles de luxe, de casinos, disséminés aux Etats-Unis mais aussi – on le sait moins – en Corée du Sud ou en Turquie. Pas de problème, a tenu à rassurer le magnat pendant sa campagne électorale, il confiera rapidement la gestion de ses activités à une entreprise financière indépendante, en renonçant à toute intervention.
Ah, précision, les trois enfants de son premier mariage garderont un contrôle sur cette société “indépendante” : ils sont tous vice-présidents du groupe Trump Organization.

Bon, après tout, en Italie, un autre dirigeant, populiste à sa manière, a donné l’exemple. Après avoir conquis le poste de Premier ministre, Silvio Berlusconi s’est empressé de laisser la direction de son réseau de médias à sa famille. Pendant des années, en jonglant en permanence avec la politique et les affaires, il s’en est sorti parfaitement…ou presque.

Chris Christie, le boulet

Parmi les amis politiques de Donald Trump, il y en a déjà un qui fait tache, Chris Christie, le gouverneur républicain du New Jersey. Il devait diriger l’équipe chargée d’organiser la passation de pouvoir avec Barack Obama et encore mieux, il aurait pu carrément occuper la place de vice-président. Il a été écarté deux fois de suite car ses “casseroles” commençaient à faire trop de bruit, et remplacé par Mike Pence, le gouverneur de l’Indiana qui navigue entre l’ultra-conservateur Tea Party et les évangélistes.
Christie, pourtant réélu comme gouverneur fin 2013, bat désormais des records d’impopularité dans son Etat.

Lui aussi a le sens de la famille. Il l’a faite poser à ses côtés sur une affiche visant à soutenir le tourisme dans le New Jersey. Seulement, la presse locale a révélé que cette publicité coûtait beaucoup plus cher qu’un autre projet et que, par un heureux hasard, elle avait été placardée juste avant le lancement de la campagne électorale pour le poste de gouverneur.
Cette petite dérive n’aurait guère entamé la réputation de Chris Christie s’il n’y avait eu l’affaire “Bridgegate”.

Sur le pont Washington, on y glisse, on y glisse

“Bridgegate” fait référence au pont George Washington Bridge qui relie l’Etat du New Jersey à l’Etat de New York. En septembre 2013, toutes les voies d’accès à ce pont sont soudainement fermées, provoquant des embouteillages sans précédent qui paralysent notamment la ville de Fort Lee, dont le maire démocrate est un détracteur de Christie. Qui a ordonné ces fermetures absurdes ? Ce sont les services du gouverneur qui sont en charge des ponts mais Christie nie tout en bloc.
Puis les langues se délient, même celles des soit-disant amis…Le 4 novembre dernier, deux proches collaborateurs du gouverneur ont été condamnés pour “violations des droits civiques”. L’épée de Damoclès est prête à tomber sur le principal intéressé.

Le jeu est fini à Atlantic City

Les intérêts communs entre Donald Trump et le gouverneur du New Jersey se retrouvent sur la côte nord-est des Etats-Unis, à Atlantic City, longtemps capitale du jeu aujourd’hui en déclin.
Mission avait été donnée au conseil municipal de monter un plan pour tenter de sauver la cité balnéaire de la faillite. Fin octobre, le plan a été retoqué par le département des collectivités du New Jersey, sous l’autorité de qui ? Chris Christie ! Et pas plus tard que mercredi dernier 9 novembre, une prise de contrôle des finances d’Atlantic City par les services du gouverneur a été votée.

Voilà qui arrange bien le président élu des Etats-Unis : la gestion opaque des casinos que l’ancien “roi du jeu” possédait à Atlantic City a des chances de ne pas refaire surface. Trump a fait tourner sur place cinq casinos pendant une trentaine d’années, il s’est retiré avec pertes et fracas il y a deux ans. Son principal établissement, le Trump Taj Mahal, a dû fermer ses portes, plombé par 350 millions de $ de déficit. Environ 3 000 employés, a rapporté la presse américaine, ont été remerciés.

Les vieux amis, ça peut toujours servir

Tout se tient décidément : Carl Icahn, un vieil ami du nouveau président américain, âgé de 80 ans, s’était chargé en 2008 de revendre les parts prises par Donald Trump dans quatre autres casinos implantés au Nevada. Son nom circule pour peut-être occuper le poste de secrétaire au Trésor; les trésors, ça le connaît, il est également milliardaire.

Harold Hamm, qui a 70 ans, est lui un magnat du pétrole, il est actuellement PDG de l’entreprise de production Continental Resources. Et il est pressenti comme un possible secrétaire à l’Energie. N’y voyez aucun conflit d’intérêt, il s’agit simplement d’offrir à chaque ami fidèle une place qui lui correspond.
Hamm représente un symbole pour Trump, il est l’un des premiers à avoir utilisé la technique de fracturation pour extraire du gaz de schiste. Et puis, il a de la ressource, il est notamment responsable de l’exploitation de la “formation de Bakken”, du nom de l’agriculteur qui possédait des terrains dans le Dakota du Nord au milieu de ce bassin si riche en pétrole et en gaz. Il reste le champ pétrolifère le plus important encore à exploiter aux Etats-Unis.

Mauvais temps pour le climat

Même logique pour Daniel DiMicco, 65 ans : qui de mieux pour être secrétaire au Commerce, ou représentant au Commerce, homme-clé chargé de négocier les accords commerciaux internationaux ?
Il vient de quitter la direction de l’un des plus grands groupes américains de sidérurgie, Nucor. Or, selon l’ONG Greenpeace qui a mené une enquête, Nucor apporte depuis plusieurs années une aide financière significative à l’Institut Heartland, un groupe de pression fondé en 1984 à Chicago. Il s’est spécialisé, dénonce Greenpeace, dans la négation du réchauffement climatique par tous les moyens.

En 2009, le New York Times a révélé que la compagnie pétrolière ExxonMobil a également soutenu financièrement ce lobby jusqu’en 2008. Début 2012, des journalistes américains d’investigation ont dévoilé des documents normalement tenus secrets par Heartland Institute : ils montraient qu’il allait jusqu’à payer des scientifiques pour diffuser habilement des thèses climatosceptiques sur le réseau internet.
Donald Trump, qui a proclamé sa ferme intention de dénoncer l’accord sur le climat de la COP 21, a-t-il été inspiré par ces méthodes ? C’est troublant.

Tout pour ma fille !

La cerise sur le gâteau, c’est une information qui circule, difficile à confirmer… Puisque les vieux amis du président élu sont avant tout des hommes, une de ses chances de féminiser un peu sa future administration s’appelle Ivanka; en plus, elle est jeune, ancien mannequin de 35 ans, c’est sa fille !
Ce serait le comble du conflit d’intérêt mais on le sait maintenant, Donald Trump ne recule devant rien.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Merci beaucoup ! Vous êtes désormais 2 millions à nous suivre sur Facebook