Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Italie : Paolo Gentiloni successeur désigné de Matteo Renzi

Access to the comments Discussion
Par Euronews
Italie : Paolo Gentiloni successeur désigné de Matteo Renzi

<p>Convoqué par le président de la République italienne, Paolo Gentiloni a été a été chargé dimanche de former un nouveau gouvernement en remplacement de <a href="http://www.lemonde.fr/international/article/2016/12/06/italie-quel-bilan-pour-matteo-renzi_5044472_3210.html">Matteo Renzi</a>.</p> <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr"><a href="https://twitter.com/hashtag/Italie?src=hash">#Italie</a> Paolo Gentiloni désigné nouveau chef du gouvernement <a href="https://t.co/RegMTnFsve">https://t.co/RegMTnFsve</a> <a href="https://t.co/Z6PCf2GjsY">pic.twitter.com/Z6PCf2GjsY</a></p>— Le Soir (@lesoir) <a href="https://twitter.com/lesoir/status/807926503438688256">11 décembre 2016</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> <p>Paolo Gentiloni, 62 ans, un fidèle de Matteo Renzi, doit à présent finaliser la composition de son équipe avant un vote de confiance du Parlement qui pourrait avoir lieu dès mercredi, selon des sources politiques.</p> <p>Il n’aura pas la tâche facile : surtout après “le refus de la part des forces d’opposition les plus importantes à partager les responsabilités dans un nouveau gouvernement”, explique-t-il. </p> <p>Matteo Renzi a dû démissionner <a href="http://fr.euronews.com/2016/12/07/italie-le-chef-de-l-etat-consultera-les-partis-apres-la-demission-de-renzi">après sa défaite cinglante</a> lors du référendum constitutionnel du 4 décembre dernier.</p> <p><strong>Redevenu simple citoyen, Renzi a déclaré dimanche sur Facebook qu’il était prêt à continuer le combat.</strong> Il pourrait préparer la prochaine campagne des législatives de 2018. A condition que le nouveau gouvernement italien ne tombe pas d’ici là. </p> <p>Depuis le “non” au référendum, l’opposition réclame des élections anticipées. Un véritable test de stabilité pour l’actuelle majorité au Parlement italien.</p> <p><em>Avec Agences</em></p>