DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Après les avoir dénigrés, D. Trump veut rassurer les patrons de la Silicon Valley


Business

Après les avoir dénigrés, D. Trump veut rassurer les patrons de la Silicon Valley

Donald Trump tente d’arrondir les angles avec les grands patrons de la Silicon Valley.

Autour de la table : les dirigeants d’Amazon, de Facebook, d’Apple, d’Intel, d’IBM ou encore de Microsoft, conviés dans sa tour de Manhattan pour apaiser les tensions nées durant la campagne.

Donald Trump s’en était pris à eux, estimant notamment que leurs entreprises étaient “surévaluées”.

En présence de ses enfants – de quoi relancer la polémique sur les possibles conflits d’intérêts que pourrait engendrer sa présidence – et sur un ton bien moins véhément, le président-élu a déclaré :
“Nous serons là pour vous, vous pouvez appeler mon équipe, ou m’appeler directement”.

La plupart de ces grands patrons du secteur technologique avaient publiquement soutenu Hillary Clinton (seul Peter Thiel, cofondateur de Paypal, s‘était prononcé en faveur du milliardaire).

Ces poids lourds de la Silicon Valley, dont la capitalisation boursière globale atteint 2500 milliards de dollars, n’ont pas caché leurs inquiétudes concernant les menaces pesant sur l’avenir de leurs relations commerciales avec la Chine, la politique d’immigration de Donald Trump, le protectionnisme ou encore les règles qu’il entend imposer aux géants du web.

Durant la campagne, Donald Trump avait déclaré qu’il voulait convaincre Apple de rapatrier des emplois de Chine et d’ouvrir une usine sur le sol américain.

Plus de 600 employés de sociétés de technologie se sont engagés, ce mardi, dans une lettre ouverte à refuser d’aider l’administration Trump à élaborer une base de données qui recenserait les salariés en fonction de leur religion ou qui pourrait conduire à des expulsions de masse.

Avec agences.